Art De Seduire   Retourner sur ArtDeSeduire.com - Techniques et Conseils en séduction
Précédent   Forum seduction et drague - Forum artdeseduire > >

Téléchargez votre guide!
Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #101  
Vieux 06/07/2022, 17h57
Avatar de W0lfenSs
W0lfenSs W0lfenSs est déconnecté
Master
 
Date d'inscription: janvier 2018
Messages: 1 695
Par défaut

J'ai l'impression que tu mélanges beaucoup de choses,
Entre vision du passé, ce qui se passe à présent en occident et en Afrique par exemple, violences conjugales etc...

Personnellement je nidealise pas le passé et je suis pas pour la poule pondeuse qui reste à la maison faire la bamboche.
Mais je suis pas non plus pour l'eclatage total de tout ce qui a fait l'homme depuis des milliers d'années. La libération de la femme sous couvert de choses très sincères et humanistes sur le papier s'est transformée en un espèce de baroud d'honneur quasi innaretable ou l'on fonce droit vers le précipice.
Comme le disait beren. Entre va bosser pour payer ton droit de vivre, prend la pilule et vis ta vie de meuf libérée, contractes un prêt et soir endettée à vie, consome et ferme la, soit le laboratoire de toute les dérives de GPA et consort.

Societalement personne ne pousse une femme à rester avec un mari violent. D'ailleurs je trouve qu'il y a une sacrée évolution à ce niveau là.
"Tu est pas la première et tu seras pas la dernière" c'était les mots de ma grand mère à ma mère quand elle voulait annuler son mariage car son futur mari l'avait trompé et était une merde.
Comme quoi.

Je suis pas sur que le projet donné pour la femme soit bien reluisant.
Ni celui des pays sous développés.

On est passé d'un extrême à un autre et très peux d'endroits sur terre ont su fixer le juste millieu de manière pérenne.

Dernière modification par W0lfenSs ; 06/07/2022 à 18h00
Réponse avec citation
  #102  
Vieux 06/07/2022, 18h51
Avatar de Beren777
Beren777 Beren777 est déconnecté
Confirmé
 
Date d'inscription: dcembre 2018
Messages: 501
Par défaut

Entièrement d'accord avec Mr. Kong.

Bon, ma réponse à Flower et KGD sera longue, comme d'habitude. Balise citation.
Je pourrais approfondir certains points au besoin.

Citation:
Flower :
Le problème, c'est qu'avec les temps, je suis de plus en plus convaincu que les femmes n'auraient jamais dû intégrer le marché du travail moderne (les “bullshit jobs” du tertiaire). Cela aurait évité, rien que d'un point de vue socio-économique : la saturation de certains corps de métier et le sous-effectif d'autres (qui se manifeste dès les études supérieures, voire même le lycée), le chômage, l'inflation, puis la paupérisation/baisse des salaires et du pouvoir d’achat, etc. Sans parler de tous les avantages familiaux, moraux, de stabilité civilisationnelle (on aurait évité le wokisme, a minima, par exemple).

Je sais que ce n'est pas dans l'ère du temps, que ce n'est pas glamour de formuler ce postulat. Mais nous devrions peut-être enfin ouvrir cette discussion, car nos sociétés occidentales arrivent clairement à une impasse, et la tendance ne fait qu’aller de mal en pis (et de plus en plus vite : non plus décennie après décennie, mais dorénavant année après année). Nous avons à présent un siècle de recul (et quelques poussières du XIXe siècle).
Asseyons-nous calmement et analysons la situation : ses origines, ses inclinations, ses éventualités, ses réussites, ses manquements. Faire une pause, juste une pause dans cette course effrénée au “progrès” pour se demander où nous en sommes.

L’élite gouvernante, bicéphale, n’a pas donné aux femmes l'accès au travail (“tripalium”, souffrance, instrument de torture… faut-il encore le rappeler) pour la simple beauté de leur cu… pardon, yeux ; par adhésion aux thèses féministes et égalitaristes. Mais plutôt par nécessité, par pur intérêt et dessein capitaliste, mondialiste, logique commerciale froide et implacable. L’équation au début du XXeS était alors, peu ou prou, ceci : les villes requièrent de plus en plus d’énergie, et deviennent des métropoles. Les ruraux quittent leurs campagnent ancestrales pour se concentrer en des zones urbaines centralisées, lieux de contrôle plus faciles pour asseoir l’autorité de l’élite. À ce titre, la République a bien tiré les enseignements des échecs de la Monarchie, qui ont par ailleurs entraîné sa chute durant la période révolutionnaire (et l’ont fragilisé tout au long de l’Ancien régime, de l’Antiquité au Moyen-âge, en passant par la Renaissance) : ces échecs, c’est la trop grande pluralité territoriale/géographique et culturelle, car les villages et les régions constituaient autant d’îlots de sédition potentiels, comme l’Histoire nous l’a toujours montré. Pour preuve : on en parle aujourd’hui avec les fameux “territoires perdues de la Républiques”, les “enclaves étrangères”, etc.

Je vous ai dit que l’élite gouvernante est bicéphale, je précise ici mon propos : elle est bourgeoise (pusiqu’elle a renversé l’ordre aristocrato-clérical), et se compose d’une caste de politiciens et d’une autre d’économistes (commerçants, industriels — depuis le XVeS et la traite transatlantique, avec une hégémonie de 1850 à 1970 environ —, puis financiers — depuis l’avènement boursier, banquier et des assurances). Si le premier versant trouve un avantage, la domination juridico-administratif (et même idéologique — cf. histoire de la publicité, du cinéma, et de l’Éducation nationale) évident à la création de blocs d’agglomération, le second y voit le moyen ultime de tirer le meilleur profit.

Revenons donc à notre sujet. Nous allons nous focaliser sur l’agenda économiste, puisqu’il est question d’argent et de carrière chez Flower et KGD, argument contre la procréation, ou du moins en faveur de son repoussement au plus tard possible. Et souvenons-nous, comme je l’ai dit quelques pages en arrières, que l’élite progressiste est eugéniste et anti-nataliste (car en réalité, elle veut tels Dieu ou la dame Nature, maîtriser la vie et l’humanité, afin de les façonner à son image : le parfait citoyen-consommateur, docile, servile et prolixe dans son labeur à enrichir l’élite).

Pour les économistes, donc, la ville est un biais d’enrichissement sans précédent. Des endroits où, contrairement à ce que prétend la doctrine libérale, et paradoxalement, les mécaniques concurrentielles, créatives/novatrices et indépendantistes s’annulent, et où règne a contrario l’hégémonie de groupes entreprenariaux (autrefois appelés corporations, puis conglomérats, et aujourd’hui multinationales). Dès lors, la logique est simple : fort peuplement > hausse la demande de consommation > création d'emplois afin de produire l’offre qui satisfera cette demande > hausse du capital des économistes. Dans ce contexte, la femme était le maillon manquant et parfait de la chaîne : capable d’effectuer plus de tâches (parfois simultanées) que l’homme moyen sur une période donnée, moins rebelle et d’un naturel plus soumis à l’autorité, moins chère — car cycle menstruel et maternité, donc jour de disponibilité/d’efficacité moindres au travail, alors moins payée —, moins inventive (donc concurentielle. Cf. espionnage industriel, création de concurrence, etc.). La femme, c’est aussi la plus sociable du foyer, capable d’assurer la promotion de son employeur. Elle vend du textile le matin, elle l’achète l’après-midi, et elle en parle à ses amies le week-end, lesquelles en parlerons à leur mari un soir, leur demandant de leur offrir ce nouveau vêtement à la mode, pour faire comme les collègues, pour être la plus belle, pour se sentir désirable. Et ainsi de suite. Avec la théorie du désir mimétique/triangulation, l’effet de masse et d’adhésion sociale (moutons de Panurge) : tout le monde finit par (croire) “vouloir” et acheter/acquérir/prendre/recevoir la même chose. Or c’est un cercle vicieux qui engendre une surchauffe du système, une effervescence, une fuite en avant nihiliste, un ouroboros. Plus l’on a, plus l’on souhaite consommer et, plus l’habitude s’installe, moins l’on réfléchit > achat compulsif. Car le désir est insondable, infini (cf. Freud et le Ça). C’est le règne de l’émotion, du sentiment, de l’instantané, de l’individu, de la névrose > autant de prétextes à consommer. Exemple : j’ai les dents de travers, je ne me sens pas beau = névoire : appareil dentaire (parfois contre l’avis médical). On s’invente des besoins inutiles, aberrants et abêtissants, pour ne surtout pas perdre la face aux yeux de la communauté sans laquelle, instinctivement et inconsciemment, on se sent plus vulnérable.

Mais cela n’a tenu que jusqu’aux années 90 (années folles, Trente Glorieuses). Depuis, l’on observe le lent délitement d’une machine prise dans une spirale infernale, devenue folle et qui s’enraille. L’effet hypnotisant s’évapore peu à peu. L’on se rend compte que l’on s’est fait manipulé, que tout cela n’était qu’une illusion, un mirage, un rêve éveillé halluciné doux-amère. Qu’en réalité, nous n’avions peut-être pas VRAIMENT besoin de tout cela. Trop tard, le mal est fait : la surconsommation a dépouillé les portefeuilles parce qu’elle a d’abord déréglé les esprits. KGD ou Flower veulent un meilleur poste au boulot, “faire carrière”, pour pouvoir accroître un mode de vie par essence délétère, consommer davantage. Elles pensant ainsi assurer la survie de leur future progéniture, alors qu’elles la condamnent de facto. Cette progéniture, en fin de course, se mangera la récession et l'inflation, la diminution des ressources naturelles, de multiples dettes en somme.

En réalité, un foyer moyen (un mari, une femme, deux enfants) survit aisément avec 1 500 euros par mois. Mais à cause de la spéculation (donc, par définition, de la fiction/suggestion/croyance pure et simple) : les quatre murs d’un appartement valent 50 euros le mètre carré, un smartphone vaut 1 200 euros alors que sa production n’en a coûté que 300, un panier de course pour la semaine vaut 250 alors que la famille se porterait tout aussi bien avec deux paquets de céréales pour quatre plutôt que 4 ou 5 — et que l’on paierait moins cher si l’on produisait les avocats en France plutôt qu’en Espagne ou en Amérique latine, contrairement à ce que l’industrie agro-alimentaire à voulu nous faire avaler —, que l’on est tout aussi heureux avec un jeu de société qu’avec une Playstation 4, que la virée de maman de shopping entre amies/collègues au centre commercial n’est pas forcément nécessaire, que les 40-50 euros (mine de rien, faites le compte la prochaine fois) dépensés par papa au bar entre potes ne le rendent pas moins insatisfait qu’un verre de vin par semaine.

Enfin, Flower, en réponse à ça : “- A 20/25 ans, (...) installé dans sa tête.”
Cf. mon message d’il y a quelques pages, notamment le point sur le triste phénomène de l’ “adulescence”.

En vérité, sauf situation exceptionnelle et sinistre (et encore, même au fin fond de la Somalie, la femme de 18 ans pauvre, orpheline et illetrée fait des gosses), nous sommes prêts à donner la vie dès 15-20, comme la nature nous a initialement programmés. 25-30 ans au plus tard. On se cherche simplement toujours plus d’excuses, parce que c’est plus facile de fuir ses responsabilités.


P.-S. : Et non, Flower, procréer avant 30-35 ans, ce n'est pas pour satisfaire la société. C'est essentiellement faire ce qui est juste, l'ordre naturel et sain des choses. Le meilleur pour la survie de l'espèce et, accessoirement, la tienne aussi (ta mémoire), à travers tes héritiers.
Il ne faut pas oublier que, à l’origine, le travail, l’organisation sociale et même la famille, ne sont que des prétextes pour protéger/assurer la survie de l’enfant et de la mère, donc l’espèce humaine. Le patriarcat pourrait en réalité, à rebours de la pensée woke, constituer un modèle comparable à la sécurité sociale, un paravent.
__________________
Le chantre des valeurs traditionnelles.
Réponse avec citation
  #103  
Vieux 12/07/2022, 07h26
Avatar de Péitho
Péitho Péitho est déconnecté
Player
 
Date d'inscription: janvier 2018
Messages: 1 292
Par défaut

J'étais passé à côté de ce post

Cadeau !!


.................................................. ..................................
__________________
Mes articles sur la séduction
{°(oo)°}
Réponse avec citation
  #104  
Vieux 23/07/2022, 17h18
Avatar de Petitmaiscostaud
Petitmaiscostaud Petitmaiscostaud est déconnecté
Nouveau Membre
 
Date d'inscription: mars 2022
Messages: 21
Par défaut

Si les nanas demandent et recherchent de la valeur auprès des mecs , tu es en droit d'etre demandeur d'avoir une femme de valeur à tes côtés

Hors une femme qui aura connu beaucoup de partenaires rentrera probablement dans la catégorie "insatisfaite" et consommatrice , ainsi l'auteur tu pourras t'en rendre compte par toi même de son instabilité émotionnelle

Bref t'es en droit de vouloir d'une femme de qualité et non d'une fille

Rappel toi aussi que beaucoup de mecs feront beaucoup de concessions pour se mettre avec une nana ( sont passé de fille facile en fait partie ) car ils sont de faible valeur sur le marché et car ils préfèrent être avec une nana de basse qualité qu'être tout seul. Bref je pense que tu es suffisamment adulte pour savoir à quoi t'attendre , dans tous les cas dit toi que tu es gagnant car tu auras appris des choses en restant avec elle ou l'a laissant tomber

Dernière modification par Petitmaiscostaud ; 23/07/2022 à 17h20
Réponse avec citation
Réponse

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 17h37.