Art De Seduire   Retourner sur ArtDeSeduire.com - Techniques et Conseils en séduction
Précédent   Forum seduction et drague - Forum artdeseduire > >

Téléchargez votre guide!
Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1  
Vieux 16/04/2020, 18h40
Lejuste Lejuste est déconnecté
Nouveau Membre
 
Date d'inscription: fvrier 2018
Messages: 90
Par défaut Les modèles mentaux - Développement personnel

Bonjour,

J'ai entrepris la traduction d'un blog anglophone qui traite des modèles mentaux, sujet très intéressant qui se rapproche de la PNL. Pour ceux que cela intéresse, c'est assez long mais ça vaut le coup de s'y intéresser en terme de développement personnel.

Voici le lien vers l'article d'origine : Mental Models: The Best Way to Make Intelligent Decisions (109 Models Explained)

Et voici la traduction que j'ai réalisé pour l'instant. Je n'ai pas encore tout traduit vu la masse de travail qu'il y a mais je continuerais plus tard

---------------------------------------------------------------------------------------------

Les modèles mentaux : Le meilleur moyen de produire des décisions intelligentes

Ce guide explore tout ce dont vous avez besoin de savoir à propos des modèles mentaux. Avec le temps, vous penserez mieux, ferez moins d’erreurs et aurez de meilleurs résultats.


Que sont les modèles mentaux ?

Les modèles mentaux correspondent à ce que nous comprenons le monde. Cela ne concerne pas seulement ce que nous pensons et comment nous comprenons mais cela fait l’état des connexions et opportunités que nous voyons. Les modèles mentaux concernent comment simplifier la complexité, pourquoi nous considérons certaines choses plus pertinentes que d’autres et pour quelles raisons.
Un modèle mental est simplement une représentation de comment les choses fonctionnent. Nous ne pouvons pas garder tous les détails du monde dans notre cerveau, ainsi nous usons de modèles pour simplifier la complexité de ce que nous ne comprenons pas.


Etudier pour mieux penser

La qualité de ce que nous pensons est proportionnelle aux modèles qui sont dans notre tête et de l’utilité que nous en faisons. Plus vous avez de modèles – plus votre boite à outil est grande - plus il est probable que vous ayez les bons modèles pour voir la réalité. Cela s’avère vrai quand vous améliorez votre capacité à prendre des décisions variées.

La plupart d’entre nous, cependant, sont des spécialistes. Au lieu d’un enchevêtrement de modèles mentaux, nous n’en avons que quelques un issus de notre expérience. Chaque spécialiste voit les choses différemment. Par défaut, un ingénieur pensera en systèmes. Un psychologue pensera en termes de mesures incitatives. Un biologiste pensera en termes d’évolution. Mais si l’on place ces disciplines ensemble dans notre tête, nous pouvons aller vers un problème en trois dimensions. Si nous ne regardons le problème que d’un seul côté, nous avons un angle mort. Et les angles morts peuvent vous tuer.

Il y a un autre sens auquel il faut penser. Quand un botaniste regarde la forêt concentré sur l’écosystème, un environnementaliste voit l’impact du changement climatique, un ingénieur forestier l’état dans lequel un arbre grandit, un entrepreneur la valeur financière du bien. Aucun d’entre eux n’a faux, mais aucun d’entre eux n’est capable de décrire l’intégralité de la forêt. Partager la connaissance ou apprendre les bases à propos d’autres disciplines, devrait mener à un meilleur équilibre de la compréhension qui devrait permettre d’avoir de meilleures décisions sur comment gérer la forêt.

Dans un célèbre discours dans les années 1990, Charlie Munger résume l’approche de la sagesse à travers la compréhension des modèles mentaux en disant : « Bien, la première règle est que vous ne pouvez réellement tout connaitre si vous vous souvenez juste de faits isolés et que vous essayez de raviver votre mémoire. Si les faits n’entrent pas dans un cadre de réflexion théorique, vous n’en disposez pas sous une forme utilisable. Vous devez avoir des modèles à l’esprit. Et vous devez faire en sorte d’évaluer vos expériences – à la fois directe et indirecte – au regard de ce réseau de modèles. Vous avez déjà dû remarquer ces étudiants qui se contentent de tenter de se rappeler et de s’appuyer sur ce dont ils se rappellent. Bien, ils échouent dans l’école et dans la vie. Vous devez faire en sorte de baser votre expérience sur le réseau de modèles que vous avez à l’esprit.


Le réseau des modèles mentaux

Pour vous aider à construire votre réseau de modèles mentaux vous pouvez prendre de meilleures décisions. Nous avons collecté et résumé ceux que nous avons trouvé les plus utiles.
Et souvenez-vous : construire votre réseau est un projet de toute une vie. Restez concentré et vous trouverez votre capacité à comprendre la réalité, à prendre consciemment les bonnes décisions et à aider tous ceux que vous aimez à s’améliorer encore et toujours.


Les concepts de pensée généraux

La carte n’est pas le territoire

La carte de la réalité n’est pas la réalité. Même les meilleures cartes sont imparfaites. C’est pourquoi il y a des restrictions sur ce qu’elles représentent. Si une carte représentait un territoire parfaitement, il ne tarderait pas à y avoir une restriction et cela ne tarderais pas à être utile pour nous. Une carte peut aussi être une prise de vue dans un temps donné, représentant quelque chose qui n’existe pas longtemps. Il est important de garder à l’esprit que nous pensons à travers des problèmes et prenons la meilleure solution.

Le cercle de compétences

Quand l’égo et non les compétences conduisent ce que nous entreprenons, nous avons des angles morts. Si vous connaissez ce que vous comprenez, vous avez une meilleure vue que les autres. Quand vous êtes honnête sur quelles sont les connaissances qui vous manquent vous savez sur quel point vous êtes vulnérable et ce que vous pouvez améliorer. Comprendre votre cercle de compétences améliore la prise de décisions et les résultats.

Les premiers principes de pensée

Les premiers principes de pensée sont l’une des meilleures voies pour les situations compliquées et pour libérer les possibilités créatives. Certaines fois appelé raisonnement des premiers principes, c’est un outil qui aide à clarifier les problèmes compliqués en séparant les idées sous-jacentes ou les faits des hypothèses sur lesquelles ils sont basés. Ce qui demeure est essentiel. Si vous connaissez les premiers principes de quelque chose, vous pouvez construire le reste de votre connaissance autour de cela pour produire quelque chose de nouveau.

L’expérience de pensée

Les expériences de pensée peuvent être définies comme « Les dispositifs de l’imagination utilisés pour enquêter sur la nature des choses ». Beaucoup de disciplines, comme la philosophie et la physique, utilisent les expériences de pensée pour examiner ce qui peut être connu. En faisant cela, nous pouvons ouvrir de nouvelles pistes pour l’enquête et l’exploration. Les expériences de pensée sont puissantes parce qu’elles nous aident à apprendre de nos erreurs et à éviter de les reproduire. Elles nous laissent relever l’impossible, évaluer les conséquences potentielles de nos actions et réexaminer l’histoire pour prendre de meilleures décisions. Elles peuvent nous aider dans deux cas de figure : à propos de ce que vous voulons réellement, et quel est le meilleur chemin pour l’obtenir.

Les pensées de second ordre

Presque tout le monde peut anticiper les résultats immédiats de ses actions. Ce type de premier ordre de pensée est facile et sûr mais c’est également un chemin qui vous assure d’avoir les mêmes résultats que n’importe qui peut avoir. Le second ordre de pensée est de penser plus en avant et de penser de manière globale. Cela nous exige de ne pas considérer seulement nos actions et leurs conséquences immédiates, mais les effets ultérieurs de ces actions. Ne pas considérer les effets des actions de second et troisième ordre peut conduire au désastre.

La pensée probabiliste

La pensée probabiliste est essentielle pour essayer d’estimer, en utilisant des outils mathématiques et logiques. La probabilité de chaque résultat spécifique vient à être étudiée. C’est l’un des meilleurs outils pour améliorer nos décisions. Dans un monde où chaque moment est déterminé par une infinie complexité de facteurs, la pensée probabiliste nous aide à identifier les résultats les plus probables. Quand nous connaissons cela, nos décisions peuvent être plus précises et efficaces.
Réponse avec citation

Découvrez notre produit :
  #2  
Vieux 17/04/2020, 20h15
Avatar de AlexandreDeMacedoine
AlexandreDeMacedoine AlexandreDeMacedoine est déconnecté
Master
 
Date d'inscription: aot 2014
Messages: 1 797
Par défaut

Tout le baratin du type me semble être une façon très alambiquée et improductive de décrire un fait simple voire naturel qui est la perspective. Je passe sur sa satire des étudiants qui bachotent pour finalement livrer une liste de théories ultra-vulgarisées et donc vidées de leur substance avec un premier postulat naïf qui est que l'entassement de ces modèles créerait une meilleure capacité de décision.
A dire vrai c'est une pensée démodée et même pas présentée avec la grâce des roues qu'il s'évertue à réinventer. C'est assez dommage considérant que le premier "modèle mental" est le langage.

J'espère que le livre est meilleur que cette introduction qui ressemble à celle d'un site de marchand de tapis/gourou...ou alors d'un adolescent qui a eu sa première expérience de pensée.

Dernière modification par AlexandreDeMacedoine ; 17/04/2020 à 20h37
Réponse avec citation
  #3  
Vieux 17/04/2020, 20h38
Victor Newman Victor Newman est déconnecté
Banned
 
Date d'inscription: septembre 2019
Messages: 3 485
Par défaut

Je salue l'effort et ne serais pas aussi lapidaire
Mais globalement du même avis, ou alors j'ai pas capté.

Ce qui me semble plus simple et plus intuitif, c'est l'importance des valeurs dans le système de pensée.
Des valeurs de type égoïste VS altruiste, ou des visions basées sur l'équilibre nécessaire plutôt qu'une polarité Bien et Mal. Ce genre de choses. Ce type d'inclinaisons façonnent concrètement un individu dans ses perceptions et dans ses comportements.
(Celui qui ressort son MBTI prend une bastos )


Par contre le texte fait l'éloge de la transversalité et de la non spécialisation (ou plutôt pluri spécialisation mais ça revient au même) et ça c'est intéressant.
Réponse avec citation
  #4  
Vieux 17/04/2020, 21h07
Fabre Fabre est déconnecté
Banned
 
Date d'inscription: fvrier 2012
Messages: 176
Par défaut

Sans parler de tout le Zen qui propose une autre philosophie où, contrairement à la tradition occidentale, le concept d'identité est nul, et la séparation corps-esprit-perception-réel-monde aussi.

Là c'est niveau 6e, on reste dans les modèles mal compris en plus de la philo occidentale vieille de 2500 ans.
Réponse avec citation
  #5  
Vieux 17/04/2020, 21h12
Lejuste Lejuste est déconnecté
Nouveau Membre
 
Date d'inscription: fvrier 2018
Messages: 90
Par défaut

Citation:
Envoyé par Victor Newman Voir le message
Je salue l'effort et ne serais pas aussi lapidaire
En période de confinement ça m'occupe

A titre personnel je trouve intéressant le fait de se dire qu'on peut modifier ses perceptions et son système de pensée en fonction de la situation dans laquelle on est. Le plus intéressant est qu'on peut copier le fonctionnement d'une personne dans une situation donnée dans laquelle celle-ci rencontre du succès (par exemple draguer une inconnue, faire une présentation orale devant 200 personnes, négocier son augmentation de salaire, etc...) pour ensuite la retranscrire dans sa propre existence.

Citation:
Envoyé par Victor Newman Voir le message
Par contre le texte fait l'éloge de la transversalité et de la non spécialisation (ou plutôt pluri spécialisation mais ça revient au même) et ça c'est intéressant.
Oui c'est même très intéressant puisque on peut en définitive adapter sa "force mentale" à n'importe quelle situation.
Réponse avec citation
  #6  
Vieux 17/04/2020, 21h50
Avatar de AlexandreDeMacedoine
AlexandreDeMacedoine AlexandreDeMacedoine est déconnecté
Master
 
Date d'inscription: aot 2014
Messages: 1 797
Par défaut

Le modèle mental est en effet plus un support de pensée comme n'importe quelle métaphore ou image...voire même croyance.
L'avantage dans la vie de tous les jours vient plutôt du fait de se forcer à ralentir pour observer la situation mais le modèle mental en soi demeure globalement une illusion qui occulte la principale "variable" (qui est essentiellement qualitative) qui est le Temps.
En réalité il n'y a pas de véritable cadre d'observation d'une réussite et, s'il existe, il est spécialisé donc scientifique.
Souvent le simple fait de prendre une décision est plus bénéfique que la décision elle-même, le monde est essentiellement aléatoire dans le référentiel d'un observateur et savoir que dans 80% des cas telle action entraîne telle autre ne préserve non seulement pas des 20% restants mais en plus ne veut rien dire car toute """probabilité""" dans le monde réel est conditionnée par des variables qui sont en sus inconnues.

Et là encore je suis dans un modèle mental "mort" car figé dans le Temps.
L'intérêt véritable de lire de manière générale des pensées contradictoires ou dans d'autres perspectives est de développer notre propre sillon mental qui en effet est unique.

Notre sens personnel guide notre mieux être et la véritable variable finale est la satisfaction.

En d'autres termes, lire des réflexions est très intéressant mais l'approche "forcée" qui vante une vertu presque "magique" est illusoire. Je crois vraiment que chercher des modèles contradictoires (d'apparence) à son propre monde évite de sombrer dans son propre obscurantisme et les confronter vraiment est important mais en fair eune espèce d'"arme" est au mieux naïf. Le plsu souvent, cette croyance en une "vérité" a une seule vertu indirecte dans l'action : la confiance. Hors de l'action, elle permet juste de ne pas tourner en rond et de soutenir l'approche empirique par la remise en question.

La vie vécue ne peut s'aborder par la science, elle peut juste se "discipliner" par elle. La plupart des décisions sont irrationnelles et jugées elles-mêmes par des valeurs irrationnelles (comme le plaisir, la satisfaction, etc.). Je dirais même que la valeur d'une décision est éphémère puisque le jugement que l'on lui accorde est aussi jugée au spectre des sentiments éphémères qui les ont guidées, cf. par exemple Bergson et la myriade des réflexions sur le temps. cf. aussi l'étude de je ne sais plus quand sur l'irrationnalité réelle des décisions.

Je soutiens même qu'au fond les modèles pour l'individu ne sont que des rustines sur des réalités "contradictoires" difficiles à accepter et qu'au fond ils reviennent souvent aux mêmes nœuds de pensée.

Dernière modification par AlexandreDeMacedoine ; 17/04/2020 à 22h11
Réponse avec citation
  #7  
Vieux 17/04/2020, 22h04
Lejuste Lejuste est déconnecté
Nouveau Membre
 
Date d'inscription: fvrier 2018
Messages: 90
Thumbs up

AlexandreDeMacedoine je trouve ta réflexion vraiment très intéressante.
Réponse avec citation
  #8  
Vieux 20/04/2020, 17h58
Lejuste Lejuste est déconnecté
Nouveau Membre
 
Date d'inscription: fvrier 2018
Messages: 90
Par défaut

Voiçi la suite pour ceux que ça intéresse:

----------------------------------------------------------------------------

La mise à jour Bayesian

La méthode Bayesian est une méthode de pensée (du nom de Thomas Bayes) selon laquelle on prend en compte de tout ce qui relève des probabilités pertinentes antérieures ainsi que des mises à jour progressives à mesure que de nouvelles informations arrivent. Cette méthode est particulièrement productive, elle donne le monde fondamental non déterminé que nous connaissons : nous devons utiliser la chance préalable et les nouvelles informations en combinaison pour arriver à nos meilleures décisions. Ce n’est pas nécessairement notre décision intuitive qui est le moteur.


Inversion

L’inversion est un outil puissant pour améliorer votre pensée parce qu’il aide à identifier et supprimer les obstacles au succès. La racine de inversion est « inverser » qui signifie renverser. En tant qu’outil de réflexion cela signifie d’approcher une situation depuis l’extrémité opposée du point de départ naturel. La plupart d’entre nous tendent à penser une seule voie à propos d’un problème : vers l’avant. L’inversion nous autorise à retourner le problème avec une pensée en arrière. Des fois il est bon de commencer par le début mais il peut être plus utile de commencer par la fin.


Le rasoir d’Occam

Les explications simplifiées sont plus probables d’être vrai que les compliquées. C’est l’origine du « rasoir d’Occam », un principe classique de logique et de résolution de problèmes. Plutôt que de perdre votre temps à essayer de réfuter des scénarios complexes, vous pouvez prendre des décisions avec plus d’assurance en les basant sur l’explication qui a le moins de pièces mouvantes.


Le rasoir d’Hanlon

Il est difficile de tracer ses origines, le « rasoir d’Hanlon » établit que nous ne devrions pas attribuer la malveillance à ce qu’il semble plus facile d’expliquer par de la stupidité. Dans un monde complexe, utiliser ce modèle nous aide à éviter la paranoïa et l’idéologie. En ne supposant généralement pas que les mauvais résultats sont la faute d’un mauvais acteur, nous recherchons les possibilités au lieu de manquer les opportunités. Ce modèle nous fait penser que les personnes font des erreurs. Cela exige que nous demandions s’il y a une autre explication raisonnable pour les évènements qui sont survenus. L’explication la plus probable d’être vrai est celle qui contient le moins d’intention.


Physique et chimie

Relativité

La relativité a été utilisé dans de nombreux contextes dans le monde de la physique, mais l’aspect le plus important pour étudier cette idée est qu’un observateur ne peut pas réellement comprendre un système dont il fait partit lui-même. Par exemple, un homme à l’intérieur d’un avion ne sent pas que l’avion est en mouvement, mais un observateur extérieur peut voir ce mouvement se produire. Cette forme de relativité à tendance à affecter le système social dans un sens similaire.


Réciprocité

Si je pousse contre un mur, la physique me dira que le mur me repoussera avec une force équivalente. Dans un système biologique, si un individu agit sur un autre, l’action aura tendance à être réciproque par nature. Et bien sûr, les êtres humains agissent également avec réciprocité.


Thermodynamique

Les lois de la thermodynamique décrivent l’énergie dans un système fermé. Les lois ne peuvent sortir et font partie du monde physique. Elles décrivent un monde où l’énergie utile est constamment perdue et l’énergie ne peut être ni crée ni détruite. Appliquer leur leçons dans le monde social peut-être une entreprise rentable.


Inertie

Un objet en mouvement avec un certain vecteur veut continuer de bouger dans cette direction sauf si il y a une action qui agit dessus. C’est un principe physique fondamental du mouvement ; cependant, les individus, les systèmes, et les organisations affichent le même effet. Cela leur permet d’utiliser le moins d’énergie possible, mais cela peut les détruire ou les détériorer.


Friction et viscosité

La friction et la viscosité décrivent les difficultés du mouvement. La friction est une force qui oppose au mouvement des objets qui sont au contact les uns avec les autres et la viscosité mesure la difficulté comme il est difficile pour un fluide de coulisser sur un autre. Une haute viscosité entraîne une haute résistance. Ce concept nous apprend beaucoup à propos de comment notre environnement peut entraver notre mouvement.


Vélocité

La vélocité n’est pas équivalente à la vitesse ; les deux sont parfois confondus. La vélocité est la vitesse ainsi que le vecteur : à quelle vitesse quelque chose arrive quelque part. Un objet qui se déplace de deux étapes vers l’avant puis de deux étapes vers l’arrière s’est déplacé à une certaine vitesse mais cela ne montre pas la vélocité. L’addition du vecteur, cette distinction est ce que nous devrions considérer dans la vie pratique.


Le levier

La plupart des merveilles ingénieuses du monde ont été accomplies avec l’application du levier. Comme le célèbre Archimède l’a déclaré, « donne-moi un levier assez long et je peux changer le monde ». Avec une petite quantité de force à l’entrée, on peut produire une grande force extérieure à travers un levier. Comprendre où nous pouvons appliquer ce modèle dans le monde humain peut être une source de grand succès.


Energie d’activation

Un feu n’est rien de plus que la combinaison de carbone et d’oxygène, mais les forêts et les mines de charbon du monde ne brulent pas à volonté car une telle réaction chimique requiert le début d’un niveau critique « d’activation d’énergie » afin d’obtenir le début d’une réaction. Deux éléments combustibles seuls ne sont pas suffisants.


Catalyseur

Un catalyseur soit déclenche soit maintient une réaction chimique, mais il n’est pas lui-même un réactif. La réaction peut ralentir ou s’arrêter sans d’ajout de catalyseurs. Les systèmes sociaux, bien sûr, prennent beaucoup de traits similaires, et nous pouvons voir les catalyseurs dans un sillage identique.
Réponse avec citation
  #9  
Vieux 15/04/2021, 14h32
Lejuste Lejuste est déconnecté
Nouveau Membre
 
Date d'inscription: fvrier 2018
Messages: 90
Par défaut

Alliage

Quand on combine différents éléments, nous créons de nouvelles substances. Ce n’est pas une grande surprise, mais ce qui peut être surprenant dans le processus d’alliage est que 2+2 n’est pas égale à 4 mais à 6. L’alliage peut être bien plus fort que la simple addition d’éléments sous-jacents qui voudrait nous amener à le croire. Ce processus nous amène à concevoir de grands objets physiques, mais nous comprenons de nombreux biens incorporels de la même manière ; une combinaison des bons éléments dans le système social peut créer un effet de 2+2=6 similaire à l’alliage.



Biologie

1/ Evolution partie un : sélection naturelle et extinction

L’évolution par la sélection naturelle a été une fois appelée « la plus grande idée que personne n’a jamais eu ». Dans le 19ème siècle, Charles Darwin et Alfred Russel Wallace ont réalisé simultanément que les espèces évoluent par une mutation aléatoire et des taux de survie différentiels. Si nous appelons l’intervention humaine dans l’élevage comme un exemple de « la sélection artificielle » on peut dire que Mère Nature décide du succès ou de l’échec d’une mutation particulière de « sélection naturelle ». Ceux qui sont le mieux adaptés pour la survie tendent à être préservés. Mais bien sûr, les conditions changent.


2/ Evolution partie deux : Adaptation et l’effet de la reine rouge

Les espèces tendent à adapter leur environnement afin de survivre, donnant la combinaison de leur génétique et de leur environnement, une combinaison qui « est toujours » incontournable. Cependant, les adaptations effectuées au cours de la vie d’un individu ne sont pas transmises génétiquement. Comme on le pensait autrefois : les populations d’espèces s’adaptent à travers le processus d’évolution par la sélection naturelle, par les exemples les plus appropriés les espèces se répliquent à un taux supérieur à la moyenne.
Le modèle de l’évolution par la sélection naturelle conduit à quelque chose comme une course aux armements entre deux espèces en compétition pour des ressources limitées. Quand une espèce évolue en une adaptation avantageuse, une espèce en compétition doit répondre ou échouer en tant qu’espèce. Rester immobile peut signifier prendre du retard. Cette course à l’armement est appelé l’effet de la reine rouge pour le personnage dans « Alice au pays des merveilles » qui dit « Maintenant, ici, tu vois, il faut tout ce que tu peux faire, pour rester au même endroit ».


3/ Les écosystèmes

Un écosystème décrit tout groupe d’organismes coexistant avec le monde naturel. La plupart des écosystèmes montrent diverses formes de vie qui prennent différentes approches pour survivre, avec des pressions conduisant à des comportements variables. Les systèmes sociaux peuvent être vus de la même façon que l’écosystème physique et bon nombre des mêmes conclusions peut être tiré.


4/ Niches

La plupart des organismes trouvent une niche : une méthode de compétition et de comportement pour survivre. Habituellement, une espèce sélectionnera une niche pour laquelle elle est la mieux adaptée. Le danger surgit quand plusieurs espèces commencent à concourir pour une même niche, ce qui peut provoquer une extinction. Il ne peut y avoir qu’un nombre limité d’espèces faisant la même chose avant que les ressources soient épuisées.


5/ Auto-préservation

Sans un fort instinct d’auto-préservation dans l’ADN d’un organisme, il aurait tendance à disparaître avec le temps ce qui éliminerait cet ADN. Bien que la coopération soit un autre modèle important, l’instinct d’auto-préservation est fort dans tous les organismes et peut causer un comportement violent, erratique et/ou destructif pour tous ceux qui les entourent.


6/ Réplication

Un élément de construction fondamental de diverses vies biologiques est la réplication hautement fidèle. L’unité fondamentale de réplication semble être la molécule d’ADN qui fournit un modèle pour la progéniture à construire à partir d’éléments de construction physiques. Il y a une variété de méthodes de réplication, mais la plupart peuvent être regroupées en types sexués et asexués.


7/ Coopération

La compétition a tendance à décrire la plupart des systèmes biologiques, mais la coopération à des niveaux variés est tout aussi importante. En fait, la coopération d’une bactérie et d’une simple cellule crée probablement la première cellule complexe et toute la vie que nous voyons autour de nous. Sans la coopération, il n’y a pas de groupes qui survivent et la coopération des groupes donne lieu à des formes d’organisation encore plus complexes. La coopération et la compétition ont tendance à coexister à de multiples niveaux.
Le dilemme du prisonnier est une célèbre application de la théorie des jeux dans laquelle deux prisonniers sont mieux disposés à coopérer l’un avec l’autre, mais si l’un des deux triche, pour l’autre c’est mieux de tricher. Ainsi est le dilemme. Ce modèle apparaît dans la vie économique, dans la guerre et beaucoup d’autres domaines de la vie humaine. Bien que le dilemme du prisonnier mène théoriquement à un mauvais résultat, dans le monde réel, la coopération est presque toujours possible et doit être explorée.


8/ Organisation hiérarchique

La plupart des organismes biologiques complexes ont un sens inné de la façon dont ils doivent s’organiser. Bien que tous ne se retrouvent pas dans des structures hiérarchiques, nombre d’entre eux le font, en particulier dans le règne animal. Les êtres humains aiment penser qu’ils ne sont pas concernés par cela, mais ils ressentent l’instinct hiérarchique aussi fortement que dans tout autre organisme. Cela comprend l’expérience de la prison de Stanford et les expériences de Milgram, qui démontrent ce que les humains ont appris de nombreuses années auparavant : la réaction humaine est influencée par l’autorité. Dans une hiérarchie de dominance comme la nôtre, nous avons tendance à nous tourner vers le leader pour obtenir des conseils sur la conduite à tenir, plus particulièrement dans des situations de stress ou d’incertitude. Par conséquent, les figures d’autorité ont une responsabilité sur le bien agir, qu’elles le veuillent ou non.


9/ Mesures d’incitation

Toutes les créatures réagissent aux incitations pour rester en vie. C’est la vision de base de la biologie. Des incitations constantes auront tendance à amener une entité biologique à avoir un comportement constant dans une certaine mesure. Les humains sont concernés et sont particulièrement d’excellents exemples de la nature de la biologie axée sur l’incitation ; cependant, les humains sont compliqués en ce que leurs intentions peuvent être cachées ou intangibles. La règle de la vie est de répéter ce qui fonctionne.


10/ La tendance à minimiser la production d’énergie (mentale et physique)

Dans un monde physique régi par la thermodynamique et la concurrence pour l’énergie et les ressources limitées, tout organisme biologique qui gaspille de l’énergie serait gravement désavantagé pour sa survie. Par conséquent, nous voyons dans la plupart des cas que le comportement est gouverné par la tendance à minimiser la consommation d’énergie quand c’est possible.



Systèmes

1/ Boucles de rétroaction

Tous les systèmes complexes sont sujets à des boucles de rétroaction positives ou négatives par lesquelles A provoque B qui à son tour influence A (et C) etc…, avec des effets d’ordre supérieur qui résultent fréquemment du mouvement continu de la boucle. Dans un système homéostatique, un changement de A est souvent remis dans le droit chemin par un changement inverse en B pour maintenir l’équilibre du système, comme avec la température d’un corps humain ou le comportement d’une culture organisationnelle. Les boucles de rétroaction automatiques maintiennent un environnement « statique » à moins et jusqu’à ce qu’une force extérieure modifie la boucle. Une « boucle de rétroaction en cas d’emballement » décrit une situation dans laquelle la sortie d’une réaction extérieure devient son propre catalyseur (autocatalyse).


2/ Equilibre

L’homéostasie est un processus par lequel les systèmes s’autorégulent pour maintenir un état d’équilibre qui leur permet de fonctionner dans un environnement changeant. La plupart du temps, ils le dépassent ou le sous-estiment un peu et doivent continuer à s’ajuster. Comme un pilote aux commandes d’un avion, le système s’écarte plus souvent de sa trajectoire. Tout dans un système homéostatique contribue à le maintenir dans une gamme d’équilibre, il est donc important de comprendre les limites de la gamme.
Réponse avec citation
  #10  
Vieux 21/04/2021, 12h03
Avatar de Alphalex
Alphalex Alphalex est déconnecté
Motivé
 
Date d'inscription: dcembre 2019
Localisation: Worldwide
Messages: 183
Par défaut

Salut,

Pourquoi fais-tu ce travail de traduction sur ce sujet?
Réponse avec citation
Réponse

Tags
développement personnel, modèles mentaux, pnl

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 08h17.