Art De Seduire   Retourner sur ArtDeSeduire.com - Techniques et Conseils en séduction
Précédent   Forum seduction et drague - Forum artdeseduire > >

Téléchargez votre guide!
Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1  
Vieux 29/10/2018, 20h43
Avatar de AlexandreDeMacedoine
AlexandreDeMacedoine AlexandreDeMacedoine est déconnecté
Master
 
Date d'inscription: aot 2014
Messages: 1 640
Par défaut Avoir la sensation que quelque chose cloche mais

ne pas vraiment savoir quoi.

Je ne sais pas si vous avez déjà ressenti cela et j'avoue ne pas savoir quels mots mettre dessus : insatisfaction chronique ? Indécision ? Autre ? mais en gros j'ai la sensation de ne pas être vraiment "bien", de ne pas vivre à plein potentiel.

Vous allez me répondre : "eh bien bouge toi pour atteindre tes objectifs". Logique. Mais voilà...que faire si l'on ne voit pas tellement ce qui nous frustre ?

Demandez moi ce que je voudrais en plus, je répondrais sans doute plein de petites choses mais à chaque fois que j'essaie de les approfondir rien que mentalement par un "et après ?", je débouche déjà sur un renoncement parce que je me rends compte que ça n'apporterait rien.
On ne pourra même pas me taxer de ne pas avoir essayé car je l'ai fait et la conclusion est souvent la même : eh bien oui ça n'a rien apporté.

Enfin bref, en résumé, c'est l'idée de se dire qu'on aimerait être à un autre niveau d'existence mais sans vraiment voir quoi ni même arriver à imaginer ce qui pourrait aller mieux.

Je ne sais pas si on peut dire ça mais j'ai une sensation de vide. Je ne me qualifierais pas de triste/dépressif mais pas spécialement d'heureux non plus (ce qui est pire en fait car au moins la tristesse pointe vers un manque ou un échec clairement défini).

Merci

Dernière modification par AlexandreDeMacedoine ; 29/10/2018 à 20h46
Réponse avec citation

Découvrez notre produit :
  #2  
Vieux 30/10/2018, 07h54
Avatar de tron
tron tron est déconnecté
Sage
 
Date d'inscription: septembre 2010
Localisation: Montpellier
Messages: 10 211
Par défaut

Il y a une approche trop superficielle de tes objectifs, on sent qu'il y a une prise en main de ton existence assez modeste peut-être ou pas très percutante. T'es dans une vie assez rangée et tu ne vas peut-être pas au fond des choses, pourtant c'est tout ce qu'il te manque.
__________________
Tout est une question de perception.
Réponse avec citation
  #3  
Vieux 30/10/2018, 09h55
Avatar de Oncle Barney
Oncle Barney Oncle Barney est déconnecté
Sage
 
Date d'inscription: novembre 2012
Localisation: Bordeaux
Messages: 16 282
Par défaut

Citation:
Envoyé par AlexandreDeMacedoine Voir le message
Demandez moi ce que je voudrais en plus, je répondrais sans doute plein de petites choses mais à chaque fois que j'essaie de les approfondir rien que mentalement par un "et après ?", je débouche déjà sur un renoncement parce que je me rends compte que ça n'apporterait rien.

On ne pourra même pas me taxer de ne pas avoir essayé car je l'ai fait et la conclusion est souvent la même : eh bien oui ça n'a rien apporté.
Je trouve ça particulièrement parlant. On sent qu'il n'y a pas de big projet de vie, c'est creux. Le "et après" montre que tu fais des choses ou que tu as envie de ces choses pour les mauvaises raisons, pour des raisons extrinsèques. Il te manque la voix du coeur. Je me trompe?

Citation:
Envoyé par AlexandreDeMacedoine Voir le message
Enfin bref, en résumé, c'est l'idée de se dire qu'on aimerait être à un autre niveau d'existence mais sans vraiment voir quoi ni même arriver à imaginer ce qui pourrait aller mieux.

Je ne sais pas si on peut dire ça mais j'ai une sensation de vide. Je ne me qualifierais pas de triste/dépressif mais pas spécialement d'heureux non plus (ce qui est pire en fait car au moins la tristesse pointe vers un manque ou un échec clairement défini).
D'où la question: sais tu au moins ce qui te rendrait heureux? Ce qui t'épanouirait?
__________________
Appelez moi Barney tout court
Réponse avec citation
  #4  
Vieux 30/10/2018, 23h48
Avatar de AlexandreDeMacedoine
AlexandreDeMacedoine AlexandreDeMacedoine est déconnecté
Master
 
Date d'inscription: aot 2014
Messages: 1 640
Par défaut

J'ai lu ton message ce matin tron et je peux te dire que je ne m'attendais pas à un effet si percutant, c'est comme si tu avais pris le sniper et tiré droit là où il fallait. Et d'ailleurs tu as sauvé ma journée pour des occasions très importantes que je ne pouvais pas me permettre de louper, merci.

Je dois t'avouer que j'ai pris de sales habitudes qui visent à me faire agir pour optimiser mon présent.futur proche au détriment de toute réflexion. Par exemple je fais un tirage aléatoire ou de tarot juste pour me pousser à agir mais du même coup je pense avoir perdu beaucoup de confiance dans ma capacité à faire les bons choix dans ma vie. Enfin c'est un peu le problème de l’œuf ou de la poule, cette pratique est aussi partie d'un manque de confiance en moi à la base voire d'estime.
De la même façon, j'ai tendance à essayer de mettre de côté ces sensations qui finissent par me rejaillir à la gueule le soir venu ou par intervalles.

On m'a en tous cas dis deux fois (au travail, deux managers) en ce moment que je manquais visiblement d'affirmation ou de courage pour porter mes idées alors que j'étais bien dans tout le reste. Et c'est ça qui me fait le plus chier dans la vie, l'impression de louper une marche juste pour un petit truc de merde.

J'en profite pour passer au message de Barney qui offre une bonne transition :

Citation:
D'où la question: sais tu au moins ce qui te rendrait heureux? Ce qui t'épanouirait?
Oui et non en fait.

Non parce que je d'ironise souvent sur le fait que "j'ai un nouveau rêve tous les jours" auprès de ma copine. J'ai souvent dans la tête beaucoup de potentialités, ma vie a été jalonnée d'hésitations souvent aux antipodes (par exemple faire une prépa littéraire ou scientifique, aller dans l'armée ou devenir ingénieur, etc.). En fait, dès que je m'engage dans quelque chose, il y a une forme de défaitisme et d'ennui qui me rattrape en même temps qu'une peur de fermer mon avenir. Défaitisme et ennui car comme le dit tron j'ai tendance à m'arrêter dès qu'il faut cravacher un peu. Peur de fermer mon avenir car une voie en ferme d'autres. Je doute donc de mes choix et oublie dans la majorité des cas de faire ces derniers pas pour finaliser un projet.

Oui parce que malgré tout je "vois" de manière abstraite ce qui me fait envie. Etre une sorte de champion, créer un système.

La mise en place dans le détail me fait souvent défaut. Mais je sais que mon chantier principal est l'affirmation.
Une autre souffrance majeure est l'impression chronique de ne pas être séduisant. C'est complètement adolescent comme vision (vouloir plaire à tout prix...sans rien faire et même pas pour construire quelque chose voir partager un moment, juste par "orgueil").

Citation:
Je trouve ça particulièrement parlant. On sent qu'il n'y a pas de big projet de vie, c'est creux. Le "et après" montre que tu fais des choses ou que tu as envie de ces choses pour les mauvaises raisons, pour des raisons extrinsèques. Il te manque la voix du coeur. Je me trompe
Je n'ai effectivement pas de projet concret de vie, clairement pas. En tous cas rien de concret mais là dessus je ne me fais pas trop de souci car je m'épanouis dans l'abstraction (que j'aime matérialiser évidemment mais les objectifs à la base restent abstraits et non terminaux).
Par contre tu as raison sur les choses que je fais pour de mauvaises raisons. Il y en a que je fais pour ne pas culpabiliser, d'autres pour ne pas décevoir, d'autres pour fuir des choses que j'ai peur de faire, d'autres pour me donner l'illusion d'aventure, etc.

Après je me sens périodiquement en harmonie avec moi même...c'est rare et quand ça arrive je me dis que quelque chose cloche et que je devrais passer à la vitesse supérieure.

Dernière modification par AlexandreDeMacedoine ; 30/10/2018 à 23h54
Réponse avec citation
  #5  
Vieux 31/10/2018, 10h02
Avatar de Oncle Barney
Oncle Barney Oncle Barney est déconnecté
Sage
 
Date d'inscription: novembre 2012
Localisation: Bordeaux
Messages: 16 282
Par défaut

Citation:
Envoyé par AlexandreDeMacedoine Voir le message
Je dois t'avouer que j'ai pris de sales habitudes qui visent à me faire agir pour optimiser mon présent.futur proche au détriment de toute réflexion. Par exemple je fais un tirage aléatoire ou de tarot juste pour me pousser à agir mais du même coup je pense avoir perdu beaucoup de confiance dans ma capacité à faire les bons choix dans ma vie. Enfin c'est un peu le problème de l’œuf ou de la poule, cette pratique est aussi partie d'un manque de confiance en moi à la base voire d'estime.
De la même façon, j'ai tendance à essayer de mettre de côté ces sensations qui finissent par me rejaillir à la gueule le soir venu ou par intervalles.
Ce que tu décris dans ces messages (notamment la partie plus bas), c'est le FOBO, la peur de choisir (même si c'est pris de manière générale et pas forcément en terme d'orientation de vie, mais c'est le même mécanisme).
Lis voir ces 2 articles (ICI et ICI, ya les liens vers les études en anglais en bas du 2nd). A relier évidemment avec ton perfectionnisme, tu t'en doutes
Citation:
Envoyé par AlexandreDeMacedoine Voir le message
On m'a en tous cas dis deux fois (au travail, deux managers) en ce moment que je manquais visiblement d'affirmation ou de courage pour porter mes idées alors que j'étais bien dans tout le reste. Et c'est ça qui me fait le plus chier dans la vie, l'impression de louper une marche juste pour un petit truc de merde.
T'en es rendu à une posture de simple exécutant, parce qu'au moins, tu n'as pas à choisir. On te donne des directives et tu les appliques. Et t'es bon à ça. Sauf que c'est pas toi ça. Ca ne reflète pas qui tu es au fond de toi, toi et toute ta richesse (et donc complexité). Cela crée un fossé entre ce que tu as en toi et ce que tu réalises à l'extérieur, d'où le manque d'estime que tu te portes (puisque ça qualifie justement le lien que je viens de décrire) et l'impossibilité d'être heureux. Tu peux pas au fond de toi te contenter d'être cet exécutant. Une partie de toi a besoin de s'exprimer, et ce depuis très longtemps. Mais elle est muselée, parce qu'elle n'est pas assez considérée, parce que ça te ferait plonger dans l'inconnu, parce que ça serait prendre des RISQUES. Donc tu n'en prends pas. Pourtant, c'est en apprenant à en prendre qu'on casse ce cercle vicieux pour engager un vertueux. Et ça commence par oser donner son avis, oser partager ses idées, même si ça ne se concrétise pas (surtout si ça ne se fait pas!!). Le point essentiel ici, c'est d'EXPRIMER ce qu'on a en nous. Et d'ailleurs, c'est ce qui concrétise dans le réel qui on est (rejoignant ce que je dis plus haut), sinon on est quelqu'un de lisse, sans aspérité, le simple exécutant quoi, qui ne le démarque pas d'une machine. Et quelque chose me dit que ça doit te piquer au vif de passer pour un mec comme ça alors que ça bout à l'intérieur. Je me trompe?
Citation:
Envoyé par AlexandreDeMacedoine Voir le message
Non parce que je d'ironise souvent sur le fait que "j'ai un nouveau rêve tous les jours" auprès de ma copine. J'ai souvent dans la tête beaucoup de potentialités, ma vie a été jalonnée d'hésitations souvent aux antipodes (par exemple faire une prépa littéraire ou scientifique, aller dans l'armée ou devenir ingénieur, etc.). En fait, dès que je m'engage dans quelque chose, il y a une forme de défaitisme et d'ennui qui me rattrape en même temps qu'une peur de fermer mon avenir. Défaitisme et ennui car comme le dit tron j'ai tendance à m'arrêter dès qu'il faut cravacher un peu. Peur de fermer mon avenir car une voie en ferme d'autres. Je doute donc de mes choix et oublie dans la majorité des cas de faire ces derniers pas pour finaliser un projet.
Conséquence directe de ce FOBO dont j'ai parlé. Tu es contrôlé par tes peurs et non par tes désirs. Tu fuis la confrontation de tes désirs au réel. Et vu que tu ne vas jamais au bout de tes idées, tu ne réalises rien dans le réel, et ça te plombe l'estime de soi (comme je l'ai déjà dit).
Citation:
Envoyé par AlexandreDeMacedoine Voir le message
Oui parce que malgré tout je "vois" de manière abstraite ce qui me fait envie. Etre une sorte de champion, créer un système.
Ca reflète 2 choses:
* La poursuite d'un vague idéal, un truc si haut que c'est non seulement trop flou mais en plus irréaliste.
* Un ego surdimensionné, boursouflé, qui tourne en rond dans sa boite et a grossi (voire métastasé) à l'abri du monde extérieur. C'est peu ou prou celui qu'on avait à l'âge de 6 ans, ou on se pense omnipotent et qu'on peut tout réaliser. C'est la conséquence directe de tous ces non choix, de ces fuites face à la confrontation au réel.

J'explique à la fin pourquoi je suis très tranquille en te parlant ainsi.
Citation:
Envoyé par AlexandreDeMacedoine Voir le message
La mise en place dans le détail me fait souvent défaut. Mais je sais que mon chantier principal est l'affirmation.
Mise en place dans le détail = confrontation au réel.
A force de répéter, j'espère que ça va rentrer
Citation:
Envoyé par AlexandreDeMacedoine Voir le message
Une autre souffrance majeure est l'impression chronique de ne pas être séduisant. C'est complètement adolescent comme vision (vouloir plaire à tout prix...sans rien faire et même pas pour construire quelque chose voir partager un moment, juste par "orgueil").
J'y vois la conséquence de cet ego dont j'ai parlé. Et prendre ce symptôme pour une cause serait passé à côté du vrai problème (celui que j'essaie de faire émerger ici). La façon dont tu te traites rejailli forcément sur tes relations avec les autres. Et encore plus quand il est question de se mettre en danger face à la gente féminine.

Citation:
Envoyé par AlexandreDeMacedoine Voir le message
Je n'ai effectivement pas de projet concret de vie, clairement pas. En tous cas rien de concret mais là dessus je ne me fais pas trop de souci car je m'épanouis dans l'abstraction (que j'aime matérialiser évidemment mais les objectifs à la base restent abstraits et non terminaux).
Alors je veux des exemples. Parce que dis comme ça, on dirait surtout que tu te nourris de tes rêves mais que rien n'en ressort. Ca, ça se retrouve "fréquemment" durant l'enfance voire l'adolescence où on a très peu de contrôle sur notre vie, et ces rêves sont une échappatoire dans le bon sens du terme. Mais arrivé dans la vie d'adulte, au moment où on est pleinement responsable de nos choix et nos actes, si on ne parvient pas à transformer ses rêves (une partie en tout cas) en réalité, c'est là que les ennuis commencent!
Citation:
Envoyé par AlexandreDeMacedoine Voir le message
Par contre tu as raison sur les choses que je fais pour de mauvaises raisons. Il y en a que je fais pour ne pas culpabiliser, d'autres pour ne pas décevoir, d'autres pour fuir des choses que j'ai peur de faire, d'autres pour me donner l'illusion d'aventure, etc.
C'est assez effrayant comme programme de vie, tu trouves pas?
Citation:
Envoyé par AlexandreDeMacedoine Voir le message
Après je me sens périodiquement en harmonie avec moi même...c'est rare et quand ça arrive je me dis que quelque chose cloche et que je devrais passer à la vitesse supérieure.
Difficile de t'expliquer ça sans les détails, mais je pense pas que ça soit le plus important (même si je ferais l'investigation dans un autre cadre).

(suite en dessous)
__________________
Appelez moi Barney tout court
Réponse avec citation
  #6  
Vieux 31/10/2018, 10h03
Avatar de Oncle Barney
Oncle Barney Oncle Barney est déconnecté
Sage
 
Date d'inscription: novembre 2012
Localisation: Bordeaux
Messages: 16 282
Par défaut

Un aparté maintenant sur moi.
Je pense que je te l'avais déjà dit à l'époque de tes débuts ici. Toi et moi, on est pareil. Sauf que j'ai 8 ans de plus que toi.
On a tous les 2 le cerveau en ébullition. On est tous les 2 perfectionnistes. On a tous les 2 des idéaux forts. Et on a tous les 2 un très gros ego. Et on le sait, même si on s'en fout si on rentre ou pas dans la case de façon nette: ça pue la surdouance à des kms!

Je vais simplement t'indiquer ce que j'ai fait pour casser ce cercle vicieux (seulement pour le casser, parce que je suis loin d'être au bout de la démarche >_<), non pas pour que tu fasses la même chose (je ne conseillerais à personne de faire la même chose que moi) mais pour que tu aies une idée de ce qui nous est nécessaire (même si je l'ai dit plus tôt).
Grâce à une thérapeute qui a écouté tout mon bordel intérieur sans me juger tout en valorisant la personne que j'étais au plus profond (un pur rôle de mère dont j'avais tant besoin), j'ai surfé sur un brûlant désir (après une grosse phase de down, d'où la thérapeute) de quitter mon job d'exécutant (ingénieur, soit le parfait exécutant) et d'être celui que j'étais au plus profond de moi, donc pas un gars qui reste assis devant un ordinateur et qui parle à 3 personnes dans la journée, max. Ca s'est cristallisé dans le projet d'être coach de vie. J'ai mis 5000 boules sur la table pour me prouver ma détermination et surtout mon engagement. Ca, c'était la fusée qui m'a fait m'arracher de la gravité terrestre, ou l'énorme inertie d'une vie que je n'avais jamais choisie.
A partir de là, bonjour le vide intersidéral, vu que la vie n'est plus gentiment cadrée par les habitus de l'homme moderne (métro boulot dodo). Tu peux aller où tu veux dans l'univers, mais où? Et pour ne rien arranger, ma fusée a vite perdu son carburant. Dis encore autrement: t'es parachuté sur une île déserte à poil et tu dois apprendre à survivre par toi même, puis simplement à vivre, en te projetant sur la durée. Rude (bon là je dramatise pas mal, ça reste qu'une image). C'est à partir de là, de cette mise en danger que tu te réalises (pas besoin d'en arriver là, d'où mon disclaimer au début ), dans la douleur. Parce que les illusions persistent. Parce que tu continues de rêver ta vie. Tu t'accroches à ça plutôt que vraiment avancer. La sentence a été brutale: je n'étais pas prêt à être entrepreneur, je n'étais pas du tout autonome pour me confronter à toutes les emmerdes du réel que ça implique. Je suis admiratif de ces gens là d'ailleurs. Etre capable de se battre pour faire advenir ses rêves, ou en tout cas s'en rapprocher. Avoir la foi. Putain mais j'ai pas ça moi! J'ai que mes peurs pour m'accompagner à la base. C'est là que j'ai compris que mon voyage ne faisait que commencer et que ma vie ressemblerait, en tout cas pour pas mal d'années, à une suite d'épreuves pour me libérer de ce fardeau (c'est pas bien de l'exprimer comme ça, mais c'est comme ça que je le ressens au fond, alors que c'est un incroyable atout qu'on a, c'est juste qu'on n'a pas le mode d'emploi et que ça se retourne contre nous).
Pour finir, de l'importance d'être bien entouré. Parce que tu trouveras très très peu de gens capables de te comprendre dans ta globalité (et ya plus de chances que ça soit elle même une HP). Mais si déjà ils sont capables de t'écouter sans te juger, c'est précieux! Fais attention à bien repérer les gens qui vont te porter, même s'ils n'ont pas accès à toute ta complexité. Leur bienveillance, le fait qu'ils croient en toi, ça vaut tout l'or du monde pour nous, parce que c'est ce qu'on n'a pas eu étant gamin.

J'espère que ça te parlera et t'aidera (et te montrera que tu n'es pas le seul)

---
Pour finir, si tu ne connais pas déjà (j'en doute mais sait on jamais), je te mets ici des articles de Hacking Social qui sont juste hyper puissants!
Se motiver et motiver autrui : une histoire d’autodetermination – Hacking social
Le bonheur n’est pas celui qu’on nous vend : la preuve par le flow – Hacking social
[FL1] Donner des sens a la vie : la piste du flow – Hacking social
__________________
Appelez moi Barney tout court
Réponse avec citation
  #7  
Vieux 31/10/2018, 10h27
Avatar de tron
tron tron est déconnecté
Sage
 
Date d'inscription: septembre 2010
Localisation: Montpellier
Messages: 10 211
Par défaut

Citation:
Envoyé par Barney
une posture de simple exécutant
+1, c'est ce qui se reflète ici pour moi. Un simple exécutant de ton existence. Il manque l'aspect humain dans sa folie, l'homme est fondamentalement fou, il ne peut se plaire qu'en la laissant transparaître, en l'assumant.

Le fait de faire des choix par le hasard pourrait ressembler à de la folie mais en vérité tu te contentes de la laisser de côté, tu te robotises en exécutant ce qui ne vient surtout pas de toi.
On peut remplacer la folie par l'identité profonde, c'est ce qu'elle est de toute façon.

C'est difficile comme ça de voir comment tu vies réellement les choses pour moi mais on est tous fou et il me semble que tu te protèges de ça. L'épanouissement passe systématiquement par une mise en scène de cette folie. Tu peux la fantasmer (tu te plais dans l'abstraction) mais tu la vies pas encore.

Je pense que vouloir être un champion ou un maître vient certes de l'égo mais c'est une bonne chose. Le tout est de pouvoir laisser ça de côté dans un premier temps pour trouver ta folle voie.
De toute façon, si tu ne passes pas par trouver TA voie, tu ne sera qu'un champion fade à la Kurt Cobain ou Marilyn Monroe et tu te posera au mieux encore la même question dans 10 ans de ce que tu peux bien faire sur cette planète. Eux ont fini par se dire qu'ils n'avaient rien à y faire.

Sans vouloir donner de faux espoir parce qu'au fond seul l'avenir le dira, c'est je pense la dernière étape de ton développement personnel (la version basique du moins parce que ça n'a pas de fin).

Ca m'a beaucoup été reproché ici mais si tu te sens pas de faire ce "taf" seul (je le mets entre guillemet parce que si y a bien quelque chose qu'on ressent pas comme un travail, c'est bien de faire exploser sa nature profonde, sa folie dans la réalité), tu peux aussi voir un thérapeute pour qu'il t'aide à mettre ça au point. Il peut aussi aider à faire tomber tes défenses quand tu trouvera la démarche trop anxiogène.
C'est pas une recommandation et encore moins un conseil, tu vois ce qui est le mieux pour toi.
__________________
Tout est une question de perception.

Dernière modification par tron ; 31/10/2018 à 10h39
Réponse avec citation
  #8  
Vieux 02/11/2018, 19h22
Avatar de AlexandreDeMacedoine
AlexandreDeMacedoine AlexandreDeMacedoine est déconnecté
Master
 
Date d'inscription: aot 2014
Messages: 1 640
Par défaut

Bonsoir,

Désolé pour la réponse tardive mais je n'ai pas eu l'occasion de répondre, en tous cas pas confortablement sur ordinateur (les tablettes beurk pour écrire du texte).
Par ailleurs, mon humeur est extrêmement variable donc je peux répondre un truc tel jour et avoir un état d'esprit bien différent le lendemain.

Premièrement, j'avoue que ton texte m'a mis assez mal à l'aise Barney, mais positivement en fait. Pourquoi ? Parce qu'il a mis le doigt sur une sorte de terrible réalité que je nommais parfois mais dans laquelle je n'osais pas m'aventurer : mon monde repose sur un château de cartes intérieur et devient de plus en plus lourd à force de me distancer des aspects du réel qui ne me satisfont pas.

En fait, je vais quand même nuancer certaines choses :

- le fait de ne pas passer à l'action : c'est à la fois vrai et faux. Je dirais que j'ai fait pas mal d'efforts pour soutenir des idées, les partager mais les efforts ont été plutôt sporadiques et pas forcément soutenus devant la hausse de difficulté. Et quand un projet semble bloquer, j'en créé un autre, ce qui m'a finalement mis en position d'aliénation face à la multitude. Ainsi, il m'arrive de fuir des projets que j'ai lancés par peur de continuer ou par sentiment de débordement...là je deviens un simple exécutant.
En somme, j'ai fait des efforts mais tout ceci manque beaucoup trop de régularité pour porter ses fruits.
En sus, le choix aléatoire a pour rôle de me "hacker" pour que j'y aille malgré tout. De ce fait, j'y vais quand même mais je ne me confronte pas vraiment au problème : je me pousse comme une machine ou une mule.
Mes efforts ont été constatés mais je retombe souvent dans des périodes de repli dans lesquels je suis complètement perdu voire apeuré. Ces phases me desservent parce que je ne fais presque plus rien.
Par exemple, je suis allé récemment à un entretien pour un poste ambitieux.

- l'abstraction : en fait ce que je voulais dire aussi, c'est que j'aime hésiter. Voilà, hésiter sur les plats du restaurant c’est presque plus kiffant que de le manger. Ça c'est ma personnalité. Par contre je confirme que du coup je ne me suis pas entraîné à choisir et en jouant à pile ou face je ne me responsabilise pas et reporte mon développement.

Ce que je retiens de vos messages en conclusion c'est que j'ai tendance à me traiter comme une machine, donc à essayer de me bidouiller pour avancer, etc. plutôt qu'à laisser mon énergie personnelle, mon "âme" me guider. Et ce symptôme est effectivement lié à une peur maladive de l'échec. Pourquoi cette peur ? Car j'associe l'échec à ma valeur.
Deuxième point que je retiens : ce qui me bloque fondamentalement c'est de montrer qui je suis. J'ai peur de ce point car je me sais complètement immature voire inapproprié. Et j'ai peur de détruire tout ce que j'ai construit dans ma vie pour la "futilité" d'être moi. Mais là encore c'est parce que je sacralise ma valeur, si je ne la sacralisais pas, je saurais me "contrôler" sans me trahir parce que je vivrais les événements comme des faits normaux et pas des enjeux massifs. Même si je suis "coincé" dans ma peur, je ne peux pas non plus renier mon principe de précaution : je nage dans des enjeux délicats et il vaut mieux être précautionneux...mais pas sur tout !

Citation:
Alors je veux des exemples. Parce que dis comme ça, on dirait surtout que tu te nourris de tes rêves mais que rien n'en ressort. Ca, ça se retrouve "fréquemment" durant l'enfance voire l'adolescence où on a très peu de contrôle sur notre vie, et ces rêves sont une échappatoire dans le bon sens du terme. Mais arrivé dans la vie d'adulte, au moment où on est pleinement responsable de nos choix et nos actes, si on ne parvient pas à transformer ses rêves (une partie en tout cas) en réalité, c'est là que les ennuis commencent!
Je ne sais pas forcément comment l'exprimer parce que ce ressenti n'est pas forcément sous forme intelligible.
Mais par exemple je n'ai pas d'objectif précis de carrière (un poste clairement énoncé) car mon idéal est celui du constructeur de systèmes. Je veux construire un système qui soutient l'activité, une automatisation des tâches routinières pour maximiser la stratégie.

Peu importe ensuite le nom du poste, si les critères correspondent alors c'est bon.

Ce n'est pas si abstrait que ça mais disons que je ne suis pas capable de me dire : alors je veux CE METIER, voici les étapes pour y arriver. C'est plutôt : je veux vivre professionnellement COMME CECI alors je postule dans ce qui correspond.

Le problème est que je doute sans arrêt de moi, de mes décisions, donc je casse sans arrêt les choses mises en place.

Merci aussi pour le partage de ton expérience, je m'y projette mais j'avoue être une personne assez pragmatique. J'ai anticipé ce que tu dis sur la perte de carburant de la fusée et c'est pourquoi je préfère rester dans la même branche tant que je sais que je n'ai au fond pas de véritable passion. Je sais que ce genre de choses finissent toujours par revenir au même point chez moi donc je préfère d'abord régler les petits soucis et exprimer mon potentiel dans ce que je fais parce que je sais que je le peux.

====

Citation:
Sans vouloir donner de faux espoir parce qu'au fond seul l'avenir le dira, c'est je pense la dernière étape de ton développement personnel (la version basique du moins parce que ça n'a pas de fin)
Je le pense aussi.
J’irais même sur une voie encore plus concrète : aller de l'avant sans férir, ce qui inclut de vivre étant soi.
Me libérer des échecs passés, de ce message avec cette fille qui m'a exhibé en public, etc.

Citation:
Ca m'a beaucoup été reproché ici mais si tu te sens pas de faire ce "taf" seul (je le mets entre guillemet parce que si y a bien quelque chose qu'on ressent pas comme un travail, c'est bien de faire exploser sa nature profonde, sa folie dans la réalité), tu peux aussi voir un thérapeute pour qu'il t'aide à mettre ça au point. Il peut aussi aider à faire tomber tes défenses quand tu trouvera la démarche trop anxiogène.
C'est pas une recommandation et encore moins un conseil, tu vois ce qui est le mieux pour toi.
Je ne m'offusque pas du tout du conseil mais j'avoue ne pas être capable de me laisser aider.
Ce que j'aurais surtout besoin c'est de la "vérité" sur moi dite par les gens qui me voient tous les jours. Mais je n'ose leur demander et jamais je me plains on me dit que mes soucis sont imaginaires.

Dernière modification par AlexandreDeMacedoine ; 02/11/2018 à 20h47
Réponse avec citation
  #9  
Vieux 03/11/2018, 00h38
Avatar de AlexandreDeMacedoine
AlexandreDeMacedoine AlexandreDeMacedoine est déconnecté
Master
 
Date d'inscription: aot 2014
Messages: 1 640
Par défaut

C'est intéressant mais ce soir je me suis aventuré sur tous types de sites pour trouver des solutions à mes problèmes et j'ai fini sur du MBTI. A la lecture des problèmes de l'ENTP je me suis totalement retrouvé et ce que j'aime dans cette typologie, c'est que comme elle repose sur un modèle mental plutôt intéressant (qui a forcément ses limites et une forte propension à susciter un effet Barnum mais bon comme tout modèle qui tape juste), elle apporte pas mal de solutions qui sont des lieux communs mais contextualisés et donc plus faciles à accepter.

Notamment, cela m'a permis de mettre le doigt sur un cycle infernal dans lequel je tombe facilement : rencontrant quelques petits succès dans ma vie professionnelle et voyant des signes encourageants, je me laisse emporter par une sorte d'énergie/extrapolation qui me fait perdre contact avec la réalité. Je me sens alors souvent "invincible" (dans le domaine professionnel ; je crois pouvoir tout réformer ; en amour je me sens largement maître de mes émotions et incapable de chuter). Je deviens alors impatient et me heurte rapidement à la réalité. Je m'effondre alors.

Et quand je ne me sens plus compétent, je deviens narcissique et me complais dans une illusion d'être meilleur que les autres (même si je connais la réalité que j'éloigne le plus possible). Je cherche à plaire, etc.

L'autre soir j'ai réussi à me calmer en sortant immédiatement de mes pensées et en rétablissant la logique des faits, ce qui m'a amené à conclure que ma crise était partie à la base de rien...

Je commence à discerner le bout du tunnel et tous ces textes ont eu un écho dans mon expérience passée (que j'ai tendance à négliger...). Cette fois je vais continuer à approfondir ce point sans non plus me bâillonner... en fait je sais déjà comment me calmer, il fallait juste une conclusion à tout ça.

Maintenant je vais m'attacher à garder le cap et à ne pas tout envoyer balader encore une fois. Quant au Tarot et au Random, poubelle même si j'ai compris ce que cela m'a apporté indirectement 50% du temps (ou plus) : une capacité à clore. Maintenant cette capacité à clore, je dois l'acquérir par moi-même....avec patience.

Dernière modification par AlexandreDeMacedoine ; 03/11/2018 à 00h40
Réponse avec citation
  #10  
Vieux 03/11/2018, 00h38
Avatar de tron
tron tron est déconnecté
Sage
 
Date d'inscription: septembre 2010
Localisation: Montpellier
Messages: 10 211
Par défaut

Les gens autour de toi ne t'aideront pas, ils la connaissent pas la vérité. Il n'est pas question de te laisser aider mais de ne plus te contenter d'une sous-existence. Faut en avoir vraiment envie c'est tout, sinon cet état est ta vie.
__________________
Tout est une question de perception.
Réponse avec citation
Réponse

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 06h48.