Art De Seduire   Retourner sur ArtDeSeduire.com - Techniques et Conseils en séduction
Précédent   Forum seduction et drague - Forum artdeseduire > >

Téléchargez votre guide!
Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #91  
Vieux 31/07/2016, 23h22
Avatar de Duc
Duc Duc est déconnecté
Sage
 
Date d'inscription: janvier 2010
Localisation: Paris 13ème
Messages: 10 022
Par défaut

J'ai kiffé l'idée de départ de Time Out !

Sous exploitée en 2eme partie je trouve, mais c'est pas mauvais !

Vraiment pas ! C'est pas très bon et c'est dommage, mais c'est pas une merde !

Pour Conan = film d'auteur.

Le fossoyeur de film est complètement d'accord avec toi.

Ici : Conan par le Fossoyeur de films

Donc oui. Film d'auteur !
__________________
A lire !!! Portail des articles collaboratifs
Un très très gros article en 4 parties p 10 et 11 et 15 !

Mon journal

The Dude (the Big Lebowski) :
"Yeah, well, you know, that's just, like, your opinion, man."
"Yeah, fuck it man! I can't be worried about that shit. Life goes on man!"

Dernière modification par Duc ; 31/07/2016 à 23h26
Réponse avec citation

Découvrez notre produit :
  #92  
Vieux 31/07/2016, 23h41
Damemas Damemas est déconnecté
Motivé
 
Date d'inscription: juillet 2013
Messages: 218
Par défaut

[CINEMA]

Citation:
Envoyé par Psyche Voir le message
Et j'ai vu personne parler de Citizen Kane ? Personnellement je l'ai pas vu mais je sais que pour bon nombre de cinéphiles il est considéré comme le film ultime. Le meilleur ayant jamais existé...
J'ai vu que des extraits en cours d'Histoire du Ciné. En fait il était culte parce que c'était complètement révolutionnaire la façon de filmer à l'époque. Mais il a fini par être détronné dans les classements, et surtout c'est "boring" pour un spectateur de 2016.
C'est intéressant à étudier pas à voir.

Tiens d'ailleurs un classique que j'ai trouvé chiant à mourir : Casablanca. Sorry not sorry.
Tout ça pour dire, comme quelqu'un le soulignait précédemment faut pas oublier qu'on dit souvent qu'un film est culte parce qu'à l'époque il était révolutionnaire / frais / innovant. Sauf que plus le film date plus il a eu de chance d'être dépassé par d'autres films par la suite, et pour un spectateur contemporain ça sera booooring. Ne vous forcez donc pas à voir des classiques juste pour bouffer du classique. Y a pas besoin de ça pour être cinéphile.

En trèèèèèès classique t'as aussi la filmographie de Fritz Lang, c'est un peu le must-see pour l'expressionnisme allemand (c'est le mouvement dont s'est très fortement inspiré Burton par exemple avec les jeux d'ombres, les silhouettes un peu effrayantes).
M le Maudit c'est sûrement le film le plus accessible (1er film parlant de Lang) et le scénar est franchement cool (une ville cherche à trouver à se venger d'un violeur d'enfant) parce que ça permet pas mal encore une fois de mettre à nu la psychologie humaine et les dynamiques de groupe. Je le vous conseille donc vs Metropolis : même si c'est censé être genre le film à voir pour tout bon cinéphile élitiste d'après Télérama. Mais franchement 2h33 de muet en N&B faut se les enquiller (surtout que c'est loin d'être gai). Je sais même plus si je l'ai vu en entier.

Chaplin par contre est super accessible, et il y a vraiment pas besoin d'être élitiste pour apprécier et se marrer.
Le Kid, Les lumières de la ville, Les Temps Moderne, Le dictateur, ... franchement ils sont tous cool.
Et on dit merci aux rétrospectives d'Arte assez récurrentes sur ce coup là. Nickel pour les insomnies.

Pour Kubrick, je sais que je vais en faire hurler certains mais Full Metal Jacket reste mon préféré. Ouais même après Orange Mécanique (film qui vaut quand même tellement le coup pour le traitement de l'hyper violence et les putains de trouvailles de réalisations comme la scène en accéléré sur de la musique joyeuse pendant une scène glauque). Par contre restez très loin de Eyes Wide Shut ; ce film est une sombre merde. Je me suis jamais autant ennuyé devant un film
[bon ok y a pire : les films de Terrence Malick, le + snob des réal. Franchement s'il y en a un ici qui a kiffé Tree of Life je demande à comprendre !].

Après, il y a quelques films avec Monroe et Hepburn qui valent le coup je trouve.
C'est du vaudeville filmé. Il y a plein de trucs qui nous paraissent grotesques ou franchement limites d'un point de vue contemporain mais globalement c'est fun et léger.
Pour les Hepburn, My Fair Lady et How to steal a milion dollar sont mes préférés. Le 1er est une comédie musicale un peu longuette mais très drôle (c'est un mec qui a parié avec un pote de faire croire à la Reine d'Angleterre qu'une meuf qu'il ramasse dans les rues de Londres avec un accent de pauvre à couper au couteau est en fait une princesse d'un pays d'europe de l'est inconnu). Et le 2e est une comédie classique sur fond de braquage. C'est un peu des films qui mettent de bonne humeur, l'ambiance 60s est cool. Par contre, j'ai trouvé Breakfast at Tiffany chiant. Comme quoi c'est pas forcément les films les + emblématiques les meilleurs ou en tout cas ceux que vous apprécierez...
Pour Monroe, Some like it hot, est l'exemple typique de la comédie qui ne passerait plus aujourd'hui (le personnage de Monroe est creux et affligeant : elle est vraiment là pour la déco). Mais c'est assez marrant de voir comment une comédie était construite à cette époque (2 mecs se font passer pour des meufs d'un groupe de cabaret en tournée pour échapper à la police qui les a coincé avec un trafic d'alcool).

[LITTERATURE]
Pour ceux qui aiment bien la SF / les dystopies / les romans d'anticipation, il y a un classique que j'adore c'est Ravage de Barjavel. Le mec a écrit ça en 1943 et c'est taré de voir à quel point le mec était visionnaire (il avait mis le doigt dans le mille pour certaines inventions), et j'aime vraiment beaucoup le propos du bouquin (l'homme handicapé par le progrès).

EDIT : Et en beaucouuuup plus récent j'ajoute Black-Out et Blitz (tome 1 et tome 2 d'une même histoire) de Connie Willis. L'idée de départ est géniale : en 2060, le voyage dans le temps existe, mais il est réservé aux historiens qui s'en servent uniquement dans le but de retranscrire l'Histoire de la manière la plus exacte possible. Donc c'est trop cool tu fais une plongée en Angleterre dans les années 1940-41 et en même temps y a les questions habituelles du voyage dans le temps (est-ce que vraiment on peut observer sans avoir d'impact ? et si jamais par malchance on change l'histoire on fait comment pour rentrer ?) mais c'est la 1ere fois que je voyais un traitement si intelligent (et la réponse apportée par le bouquin est assez inédite et sympa !).

Dernière modification par Damemas ; 31/07/2016 à 23h52
Réponse avec citation
  #93  
Vieux 31/07/2016, 23h54
Avatar de Duc
Duc Duc est déconnecté
Sage
 
Date d'inscription: janvier 2010
Localisation: Paris 13ème
Messages: 10 022
Par défaut

Citation:
Envoyé par Damemas Voir le message
Le coup du "mec qui vit dans une société où les émotions ont été supprimés" c'est resucé surtout d'un grand classique de la littérature jeunesse des années 90 : Le Passeur de Lowry et d'un encore plus grand classique de SF Un bonheur insoutenable d'Ira Levin en 1970 (même si là la pilule fait que tu ressens juste un "léger contentement" et rien d'autre).
Après je suis "chiante" et "exigeante" en SF / dystopies ; j'ai passé mon enfance / adolescence à dévorer des bouquins de ce genre, et j'avais même fini par faire un mémoire sur les dystopies pour le fun. Ca ne s'invente pas
Bref les films / bouquins de ce genre se resucent tous les uns les autres. C'est assez dur d'être original (scénar) ET d'avoir une réal ou une exécution impec (Time Out de Niccol étant l'exemple parfait de l'idée originale gâchée par un scénar et une réal de merde).
Heu...
Ouai. Peut être.

Mais ne pas citer "Le meilleur des mondes" de Huxley (1931) (en livre hein), what ????

Un monde ou les gens sont classés génétiquement, et ou tout le monde consomme du Soma de toute façon, histoire de plonger tout le monde dans une béatitude complète de drogue ?

Fan de dystopie, et on cite "Lowry" ou "Levin", sans citer Huxley, Orwell, K. Dick, H.G Wells ?

Désolé, mais là faut que je réagisse. En tant que vieux con.

Levin j'ai j'amais lu, mais Huxley de 1931 putain ! Merde quoi !

(je jure comme un charetier par pur esprit littéraire, mais j'ai rien contre toi Damemas !)
__________________
A lire !!! Portail des articles collaboratifs
Un très très gros article en 4 parties p 10 et 11 et 15 !

Mon journal

The Dude (the Big Lebowski) :
"Yeah, well, you know, that's just, like, your opinion, man."
"Yeah, fuck it man! I can't be worried about that shit. Life goes on man!"
Réponse avec citation
  #94  
Vieux 01/08/2016, 00h03
Damemas Damemas est déconnecté
Motivé
 
Date d'inscription: juillet 2013
Messages: 218
Par défaut

LOL Duc, arrête tu me vexes là, j'ai l'impression que tu me prends pour une teubé !
Je citais pas toutes les dystopies que je connaissais hein !
Je parlais juste des trucs "société où les membres ne ressentent pas d'émotion" (la béatitude du Meilleur des mondes c'est une "émotion" un peu trop forte dans ce contexte pour être cité...) (dans le Passeur le concept d'émotion est purement et simplement étranger aux gens, je trouvais que c'est ce qui se rapprochait le plus d'Equilibrium).

1984 je l'ai lu quinze fois. C'est cliché mais c'est mon bouquin préféré tant pis pour les rageux.
Et je le préfère à Huxley qui m'a moins marqué (émotionnellement). #pasdéso
Sinon j'aimais beaucoup Nous Autres de zamiatine.
Et si t'as pas lu Ira Levin quand même tu rates un truc ! C'est quand même un des mecs les plus connus en fantastique / SF / thriller (Un bébé pour Rosemary, Les femmes de Stepford).

Et puis Lowry c'était pour dire que ça n'a rien d'orginal Equilibrium pusique même le roman jeunesse s'en était emparé de ce sujet. Et Le Passeur est considéré comme un des meilleurs romans dystopiques jeunesse (c'est pas parce que l'adaptation ciné est une bouse sans nom que le livre l'était aussi). Après je suis ptet pas objective je l'adorais quand j'étais gamine.
A ne pas confondre avec Le Passage qui est ouf (toujours en roman jeunesse) aussi mais qui n'a rien à voir.
Bref si vous avez des petits frères / petites soeurs au collège c'est 2 bouquins que je recommenderais chaudement.

Dernière modification par Damemas ; 01/08/2016 à 00h08
Réponse avec citation
  #95  
Vieux 01/08/2016, 00h09
Avatar de Duc
Duc Duc est déconnecté
Sage
 
Date d'inscription: janvier 2010
Localisation: Paris 13ème
Messages: 10 022
Par défaut

Citation:
Envoyé par Damemas Voir le message
LOL Duc, arrête tu me vexes là à me prendre pour une teubé !
Je citais pas toutes les dystopies que je connaissais hein !
Je parlais juste des trucs "société où les membres ne ressent pas d'émotion".

1984 je l'ai lu quinze fois. C'est cliché mais c'est mon bouquin préféré tant pis pour les rageux.
Et je le préfère à Huxley qui m'a moins marqué (émotionnellement). #pasdéso
Sinon j'aimais beaucoup Nous Autres de zamiatine.
Et si t'as pas lu Ira Levin quand même tu rates un truc ! C'est quand même un des mecs les plus connus en fantastique / SF / thriller (Un bébé pour Rosemary, Les femmes de Stepford).

Et Lowry c'était pour dire que ça n'a rien d'orginal Equilibrium pusique même le roman jeunesse s'en était emparé de ce sujet. Et Le Passeur est considéré comme un des meilleurs romans dystopiques jeunesse (c'est pas parce que l'adaptation ciné est une bouse sans nom que le livre l'était aussi). Après je suis ptet pas objective je l'adorais quand j'étais gamine.
A ne pas confondre avec Le Passage qui est ouf (toujours en roman jeunesse) aussi mais qui n'a rien à voir.
Bref si vous avez des petits frères / petites soeurs au collège c'est 2 bouquins que je recommenderais chaudement.
Ok ok ok ok !!!!!!!

Je pensais juste que tu ne remontais qu'à la littérature jeunesse de 90 !

En oubliant la base !

Mea culpa !

Ok Ok Ok !!! (faut dire que ton post était pas clair ! "l'idée d'une société sans émotions vient du roman pour jeunesse machin et de truc"
Si tu parles pas du reste (et on pourrait remonter avant Huxley certainement, j'ai pas fait de mémoire dessus), on peut s'interroger !!!)

C'est cool ! Et je ne dévalorisais pas les 2 auteurs que je n'ai pas lu (certainement très bien), c'était juste au niveau des dates !
Donc ok pour les 2 auteurs que tu as cité, qui sont sans doute très bien, si on les cite avec les autres quand on parle de dystopie (quand même quoi !)

Bref désolé ! (faut dire que t'étais pas claire aussi...)

See yah !
__________________
A lire !!! Portail des articles collaboratifs
Un très très gros article en 4 parties p 10 et 11 et 15 !

Mon journal

The Dude (the Big Lebowski) :
"Yeah, well, you know, that's just, like, your opinion, man."
"Yeah, fuck it man! I can't be worried about that shit. Life goes on man!"
Réponse avec citation
  #96  
Vieux 01/08/2016, 00h33
Avatar de Psyche
Psyche Psyche est déconnecté
Initié
 
Date d'inscription: dcembre 2015
Localisation: Bordeaux
Messages: 254
Par défaut

[Littérature]

En dystopie qui vaut le coup vous avez aussi carrément oublié Bradburry et son fabuleux Fahrenheit 451.

Plus récemment en dystopie j'ai flashé très très fortement sur Harmony de Project Itoh (c'est japonais, c'est une nouvelle manière d'envisager la dystopie et c'est cool) et sur la série Silo (j'ai lu que le premier tome pour le moment) de Hugh Howey.

Sinon j'ai moi aussi toujours préféré le bouquin de Levin à celui de Huxley. C'est comme ça.

En SF on oubliera pas le mythique Asimov svp.
Réponse avec citation
  #97  
Vieux 01/08/2016, 00h34
Avatar de Duc
Duc Duc est déconnecté
Sage
 
Date d'inscription: janvier 2010
Localisation: Paris 13ème
Messages: 10 022
Par défaut

[LITTERATURE]
Surtout en été, je kiffe lire des polars ou des romans noirs. Mais surtout du roman noir. Et pas du roman policier.

Alors déjà en préambule :

Roman polcier
bah y a un meurtre, et pis le policier enquête et arrête le tueur.
Y en a des bons, qui flirtent avec le roman noir hein !
Mais pour moi, la différence c'est qu'à la fin d'un policier, le sujet est clos.
La société est en paix. Le mal est vaincu.

Roman noir
Il y a un évenement déclencheur (meurtre, attentat, hacking, évènement sans mobile, etc...)
Un héros (ou un groupe, ou un anti-héros, ce qui est souvent le cas) est pris par les évènements. C'est pas le super-cop, c'est pas le super enquêteur. Souvent il se fait dépasser complètement et ne fait que réagir aux événements. Par le développement du personnage, il se transforme parfois en héros, mais c'est plutôt un anti-héros au départ.
Et surtout, caractéristique principale : quand le méchant est vaincu (si il l'est) : le système qui a créé la violence est toujours là (quartier raciste dont seul un membre est condmané pour meurtre, complot politique ou mafieux dont seules quelques têtes secondaires vont tomber mais dont le système persiste, etc...)

Devant le mur "Roman Policiers" chez son libraire on est parfois perdu !

Un de mes auteurs préférés de ses dernières années :

Dennis Lehanne.

Le mec a écrit des "stand-alone" qui ont pour beaucoup été adaptés au cinéma (et pas de la merde en plus) : Mystic River, Shutter Island, etc...

Et il a une série de romans polars que j'aime beaucoup.
La série qui mets en scène Patrick Kenzie et Angela Genaro (seul Gone Baby Gone a été pas super bien adaptée au ciné).
Mais cette série de polars, honnêtement, je la kiffe.

Faut aimer les polars hein (personnages assez codifiés, ambiance crasseuses, etc...)

Mais je kiffe ce genre (trop souvent décrit comme un sous-genre, alors qu'il permet des descriptions sur la société assez habiles, après c'est noir. Mais l'époque est au noir, donc bon...)
__________________
A lire !!! Portail des articles collaboratifs
Un très très gros article en 4 parties p 10 et 11 et 15 !

Mon journal

The Dude (the Big Lebowski) :
"Yeah, well, you know, that's just, like, your opinion, man."
"Yeah, fuck it man! I can't be worried about that shit. Life goes on man!"
Réponse avec citation
  #98  
Vieux 01/08/2016, 00h40
Avatar de Chochem
Chochem Chochem est déconnecté
Master
 
Date d'inscription: mai 2014
Localisation: Over the Rainbow
Messages: 2 787
Par défaut

Putain de bordel, j'ai oublié Lost in translation.
Un film d'une sensualité rare alors que, factuellement, le truc le plus chaud qu'il se passe, c'est Bill Murray qui touche la cheville de Scarlett.

En litterature SF, le cycle de l'Aube de la nuit de Peter F Hamilton. Une histoire fleuve en 6 tomes mais si t'arrives à passer les 80 premières pages, tu peux plus les lâcher.
Un pote à qui j'avais prêté le premier tome (l'alchimiste du neutronium) m'a appellé à 3 heures du matin pour m'insulter car il n'arrivait plus à s'arrêter de lire.
Il y a tout dedans: space opera, dynamique de groupe, plongée dans la tête de psychopaques, sociologie, analyse des impacts societaux d'une humanité qui arrive technologiquement à transcender la mort.

Rien à voir avec les histoires de myopie ci-dessus mais c'est tout bonnement brillant.
__________________

Liste des articles collaboratifs

La zone de confort / Programme: Lifestyle / La tentation du Nice Guy et la FZ / Les femmes et le sexe
Portez vos couilles / La Sexualisation / Wingman plus fort que Superman / Don't ask, don't tell (passé sexuel)

Bonus
Elle ne répond pas à votre proposition de date? Tentez "le SMS de la dernière chance"


Réponse avec citation
  #99  
Vieux 01/08/2016, 01h08
Avatar de Duc
Duc Duc est déconnecté
Sage
 
Date d'inscription: janvier 2010
Localisation: Paris 13ème
Messages: 10 022
Par défaut

+1 pour Lost in Translation

(Bon je l'ai vu jeune, et le film s'ouvrant sur un travelling sur le cul de Scarlett Johansson, c'était déjà mon film préfé dès le premier plan séquence en fait)

Une mélancolie de fou dans ce film. Tout est dans le non-dit. Dans le "spleen" baudelairien des personnages "perdus" au Japon, mais surtout "perdus" dans leurs vies quoi.

Elle, son mec a un bon taff, mais elle est complètement paumée !

Et lui (acteur sur le déclin qui fait des pubs de merde pour la télé japonaise, avec sa femme qui l'appelle pour la couleur de la tapisserie, il est génial !)

Tendre, dépaysant.

Lost in translation fait partie des films qui m'on marqué.

Peut être parce que je l'ai vu à 18 ans (c'est pas précis, mais en gros c'est la fourchette d'âge).

Et putain : je voyais un film pas chiant, alors qu'il ne se passe rien.

C'est beau ! Alors que les persos sont mélancoliques et en spleen complet.

C'est graphique, alors que c'est "graphique" dans un karaoké japonais.

C'est une histoire d'amour, alors qu'en fait non. Ils ont 20 ans d'écart, il se passe rien, on sent qu'ils se connectent, intellectuellement, mais ...

Bref. Ce film est juste bon. Ou alors non, mais je m'en fous. Dans mon souvenir de 18 piges, ce film est bon.

Et il s'ouvre sur un travelling sur la culotte rose de Scarlett Johanson, que je découvrais à l'époque.

Et du coup, c'était le meilleur film du monde à ce moment là. On peut pas test le booty de Scarlett je veux dire ! Sérieux ???
__________________
A lire !!! Portail des articles collaboratifs
Un très très gros article en 4 parties p 10 et 11 et 15 !

Mon journal

The Dude (the Big Lebowski) :
"Yeah, well, you know, that's just, like, your opinion, man."
"Yeah, fuck it man! I can't be worried about that shit. Life goes on man!"
Réponse avec citation
  #100  
Vieux 01/08/2016, 01h39
Damemas Damemas est déconnecté
Motivé
 
Date d'inscription: juillet 2013
Messages: 218
Par défaut

Ah non mais non, pas Lost in Translation svp.
Je comprends pas la hype autour de ce film.

Et je supporte pas S.Coppola en tant que réalisatrice.
Je me suis emmerdée devant tous les films que j'ai vu d'elles (oui, MEME Virgin Suicides et Lost in Translation).
Pour moi c'est la caricature de la réalisation snob et esthétisante (sérieux la BO de Air pour donner un semblant de cachet / style à son film "culte" on en parle ?). C'est creux. Genre elle a cru que c'était ultra subversif de faire toute sa filmographie sur des gens qui s'ennuient en se contentant de nous les montrer en train de s'ennuyer et d'enrober ça de musiques aériennes et de travellings et autres plans "faciles" pour que ça fasse profond. Dis donc que c'est orignal (non). Dis donc elle s'est grave cassé le cul (non)". Bordel qu'est ce qu'on s'ennuie (ouiiii).

Désolée je m'emporte.
Je comprends juste vraiment pas pourquoi elle revient sans cesse comme une ref. Je suis tellement hermétique à son ciné !
Alors que je suis la 1ere à kiffer les films trèèèès lents. Mais pas la lenteur pour la lenteur ou le propos digne d'une emo de 14 ans.
Réponse avec citation
Réponse

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 17h34.