Art De Seduire   Retourner sur ArtDeSeduire.com - Techniques et Conseils en séduction
Précédent   Forum seduction et drague - Forum artdeseduire > >

Téléchargez votre guide!
Discussion fermée
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1  
Vieux 04/07/2020, 14h17
Avatar de Ohyeah
Ohyeah Ohyeah est déconnecté
Master
 
Date d'inscription: aot 2016
Messages: 2 046
Par défaut Inversion de l'hypergamie féminine et impact sur le couple

Je viens de tomber sur une étude expliquant l'inversion de l'hypergamie féminine dûe en grande partie à la massification scolaire des femmes (il y a aujourd'hui plus de femmes diplômées que d'hommes).

https://www.ined.fr/fichier/rte/Gene...amie-femme.pdf

Citation:
Nous avons mis en évidence une baisse, puis une inversion de l’hypergamie féminine de diplôme parmi les premiers couples cohabitants entre les générations nées avant la Seconde Guerre mondiale et celles nées dans les années 1970. Ce mouvement a affecté les trois dimensions de l’hypergamie : l’hypergamie absolue, l’hypergamie relative, et la distribution genrée du célibat selon le diplôme. Premièrement, suite à l’élévation du niveau d’éducation des femmes, qui dépasse désormais celui des hommes, c’est plus souvent la femme que l’homme qui est la plus diplômée au sein des premiers couples depuis les cohortes nées à la fin des années 1950. Deuxièmement, même en contrôlant l’évolution de la structure par diplôme de la population, on observe une inversion similaire de l’hypergamie relative. Ce résultat indique qu’au-delà des contraintes posées par la disponibilité de conjoints d’un niveau de diplôme donné, les individus des cohortes récentes « choisissent » plus souvent de former un couple dans lequel la femme est la plus diplômée que l’inverse, par rapport à ce qui arriverait si la mise en couple avait lieu au hasard. Troisièmement, les taux de célibat définitif des femmes, qui augmentaient nettement avec le niveau de diplôme parmi les générations d’avant-guerre, se sont rapprochés au point qu’on n’observe plus aucune différence parmi les générations nées dans les années 1960. Ces trois évolutions indiquent que les normes de genre ont évolué bien au-delà de ce qu’imposait mécaniquement la massification scolaire observée chez les femmes.

Cependant, l’évolution spectaculaire observée ici doit être relativisée. D’une part, la première mise en couple reste fortement genrée, même au sein des cohortes récentes. Les chances de vie en couple demeurent inférieures pour les hommes non diplômés, indiquant un effet négatif persistant des difficultés d’insertion professionnelle sur la conjugalité masculine.

Elle n’a pas non plus permis de modifier profondément la répartition du travail domestique. C’est que le statut d’étudiante ou de diplômée ne suffit pas en lui-même à offrir une position de supériorité au sein du couple, ni une plus grande facilité à renégocier les rôles (Lefeuvre, 2008) : seule l’activité professionnelle semble avoir un certain effet en ce sens (Bauer, 2007; Champagne et al., 2015), du moins lorsque les revenus de la femme sont assez élevés par rapport à ceux de l’homme (Nicole-Drancourt, 1989; Ponthieux et Schreiber, 2006). Et il n’est pas rare que les carrières féminines soient bridées par la crainte, partagée par les deux conjoints, que la femme gagne plus que l’homme (Testenoire, 2008). On peut penser que la division sexuelle du travail est plus fondamentale dans la définition des identités genrées que les niveaux relatifs de capital culturel des conjoints. Ceci expliquerait alors la résistance des rôles genrés malgré l’inversion de l’hypergamie de diplôme –qui serait donc en partie un mirage tant qu’elle ne se traduit pas pour ainsi dire en « espèces sonnantes et trébuchantes ». Mais il n’est pas écrit que rien ne doive évoluer de ce côté : en effet, l’hypogamie féminine d’éducation augmente la probabilité que la femme soit la principale contributrice aux revenus du couple (Klesment et van Bavel, 2015), et là encore, une lente convergence pourrait bien être à l’œuvre (Morin, 2014).
Selon vous, quel impact sur le couple engendrera l'hypogamie féminine?

25% des femmes gagnent plus que leur conjoint: Un probleme pour les hommes?

Lorsque leur conjointe gagne plus de 40% du salaire de la maison, les hommes commencent a angoisser !

Les hommes seraient plus heureux quand leur femme gagne plus qu'eux - Biba Magazine

Découvrez notre produit :
  #2  
Vieux 04/07/2020, 14h48
Avatar de Hanneman
Hanneman Hanneman est déconnecté
Sage
 
Date d'inscription: octobre 2011
Messages: 13 779
Par défaut

Peux tu m'expliquer :

L'inversion de l'hypergamie.
L'hypogamie.

Ces termes ne font pas de sens dans mon cerveau.
__________________
HANNEMAN, OU LE MÉCHANT DU FORUM.

Mon nouveau journal :
Run salmon, run...

Mon 1ier journal :
Car le bonheur ce n'est pas les autres

SI TU VEUX QUE LES CHOSES CHANGENT, TRAITE LA SOURCE DU PROBLEME PAS LE(S) SYMPTOME(S)
  #3  
Vieux 04/07/2020, 14h52
Avatar de Ohyeah
Ohyeah Ohyeah est déconnecté
Master
 
Date d'inscription: aot 2016
Messages: 2 046
Par défaut

Citation:
Envoyé par Hanneman Voir le message
Peux tu m'expliquer :

L'inversion de l'hypergamie.
L'hypogamie.

Ces termes ne font pas de sens dans mon cerveau.
Les termes sont expliqués dans l'étude :

Citation:
Ce phénomène prend dans nombre de sociétés la forme de l’hypergamie féminine ou de l’hypogamie masculine, c’est-à-dire la propension des individus à former des couples au sein desquels la femme se trouve en infériorité par rapport à l’homme selon un ou plusieurs critères : âge, taille, strate au sein d’un système de castes, diplôme et profession, et plus généralement statut social.
L'hypogamie féminine est l'inverse, la femme se trouve en supériorité par rapport à l'homme (ici salaire, dipôme et profession).

L'inversion de l'hypergamie féminine correspond à une conversion en hypogamie, de plus en plus de femmes se retrouvent plus diplômées et ont un meilleur salaire que les hommes au sein du couple.

Dernière modification par Ohyeah ; 04/07/2020 à 14h58
  #4  
Vieux 04/07/2020, 15h09
Avatar de Hanneman
Hanneman Hanneman est déconnecté
Sage
 
Date d'inscription: octobre 2011
Messages: 13 779
Par défaut

Ok.

Je ne comprends toujours pas. Tant pis.
__________________
HANNEMAN, OU LE MÉCHANT DU FORUM.

Mon nouveau journal :
Run salmon, run...

Mon 1ier journal :
Car le bonheur ce n'est pas les autres

SI TU VEUX QUE LES CHOSES CHANGENT, TRAITE LA SOURCE DU PROBLEME PAS LE(S) SYMPTOME(S)
  #5  
Vieux 04/07/2020, 15h23
Avatar de Ohyeah
Ohyeah Ohyeah est déconnecté
Master
 
Date d'inscription: aot 2016
Messages: 2 046
Par défaut

Citation:
Envoyé par Hanneman Voir le message
Ok.

Je ne comprends toujours pas. Tant pis.
Ok je vois où tu veux en venir, pourquoi deviendraient-elles subitement hypogames si leur nature est d'être hypergame?

La proportion d'étudiantes dans l'enseignement supérieur ne cesse de croître.

En 2017, 56% des étudiants étaient des femmes dont 60% en médecine et en droit, 2 filières qui guident à des carrières très bien rémunérées.

Cette proportion ne cesse de grandir, de plus les femmes sont aussi de plus en plus présentes dans des filières majoritairement masculines comme l'ingénierie.

Si la tendance se maintient et continue à ce rythme, on va se retrouver dans le futur avec une très grande proportion de femmes médecins, juges, avocates, ingénieures, etc.
Il en sera de même pour les professions intermédiaires (86% des bacheliers sont des femmes vs 76% des hommes).

L'hypergamie féminine étant réelle, étudiée et documentée, beaucoup de femmes vont se retrouver sur le carreau sur le marché conjugal si elles n'acceptent que de se mettre en couple avec des hommes de statut social équivalent ou supérieur car il n'y en aura plus assez de disponibles par rapport aux nombres de femmes demandeuses.

D'où l'augmentation de la quantité de femmes cadres supérieures célibataires.

Elles vont donc avoir plusieurs choix dans le futur, soit continuer à être hypergame et se battre pour le peu d'hommes de même statut qu'elles ont à disposition, si elles n'arrivent pas à trouver un conjoint répondant à leurs critères d'hypergamie être célibataires, soit accepter de devenir hypogame par la force des choses et se mettre en couple avec des hommes de statut social inférieur et éviter le célibat.

Leur nature ne va pas subitement changer et elles vont commencer à être attirées par le facteur du village mais par la force des choses, à cause du manque d'hommes célibataires ayant un statut social équivalent/supérieur, si elles n'acceptent pas d'étendre leurs critères, beaucoup vont être obligées et non par choix d'être célibataires.
D'ailleurs comme l'étude le montre, une part de plus en plus importante de femmes deviennent hypogames (peut-être ne sont-elles pas hypergame au final ou y sont-elles forcées?)

Dernière modification par Ohyeah ; 04/07/2020 à 15h35
  #6  
Vieux 04/07/2020, 15h24
Avatar de Modesty
Modesty Modesty est déconnecté
Master
 
Date d'inscription: septembre 2015
Localisation: Strasbourg
Messages: 2 846
Inversion de l'hypergamie féminine et impact sur le couple
Par défaut

Sujet très intéressant, j'ai rien à apporter mais je suis
  #7  
Vieux 04/07/2020, 15h32
Beren777 Beren777 est déconnecté
Initié
 
Date d'inscription: dcembre 2018
Messages: 295
Par défaut

Très intéressant, Ohyeah, merci.

Ma femme est plus diplômée que moi. C'est quelque chose qui m'a pesé, et crée son lot de discussions contrariées. Il y a cette peur de l'hypergamie féminine qui fait que, quelque part, on se demande toujours pourquoi elle est-ce qu'elle ne partirait pas ailleurs : auprès d'un homme de même branche professionnelle, etc. Il y a également la question du regard de la société, car nous sommes un couple mixte.

Je pense sincèrement que, de nos jours, les hommes sont davantage en situation d'insécurité au sein du couple que les femmes. Ils se sentent plus sur un siège éjectable, contrairement au siècle dernier, par exemple.
__________________
Le chantre des valeurs traditionnelles.
  #8  
Vieux 04/07/2020, 15h36
Avatar de Hanneman
Hanneman Hanneman est déconnecté
Sage
 
Date d'inscription: octobre 2011
Messages: 13 779
Par défaut

En fait, c'est l'utilisation du terme "Hypogamie" qui n'a pas de sens pour moi.

Tu dis : "L'hypogamie féminine est l'inverse, la femme se trouve en supériorité par rapport à l'homme (ici salaire, dipôme et profession)."

Pour moi ça s'appelle toujours l'hypergamie.
Les variables du statut social ne font pas partie de la définition d'hypergamie.

La diminution du pool de mecs bankable pour ces femmes là n'est pas de l'hypogamie pour moi. Au contraire. C'est simplement leur refus de se satisfaire des hommes qui les entourent, parce qu'ils n'ont pas un statut social suffisant, pour elles.

D'où la raison pour laquelle, cette définition d'hypogamie ne connecte pas les fils dans mon cerveau.

Si l'hypogamie était l'inverse de l'hypergamie, cela signifierait que les hommes sont en position de force et par voie de conséquence, les femmes serait en position de misère sexuelle.
Ce serait ça la vraie opposition avec l'hypergamie.

Une question sémantique quoi.
__________________
HANNEMAN, OU LE MÉCHANT DU FORUM.

Mon nouveau journal :
Run salmon, run...

Mon 1ier journal :
Car le bonheur ce n'est pas les autres

SI TU VEUX QUE LES CHOSES CHANGENT, TRAITE LA SOURCE DU PROBLEME PAS LE(S) SYMPTOME(S)
  #9  
Vieux 04/07/2020, 15h41
Avatar de Ohyeah
Ohyeah Ohyeah est déconnecté
Master
 
Date d'inscription: aot 2016
Messages: 2 046
Par défaut

Citation:
Envoyé par Hanneman Voir le message
En fait, c'est l'utilisation du terme "Hypogamie" qui n'a pas de sens pour moi.

Tu dis : "L'hypogamie féminine est l'inverse, la femme se trouve en supériorité par rapport à l'homme (ici salaire, dipôme et profession)."

Pour moi ça s'appelle toujours l'hypergamie.
Les variables du statut social ne font pas partie de la définition d'hypergamie.

La diminution du pool de mecs bankable pour ces femmes là n'est pas de l'hypogamie pour moi. Au contraire. C'est simplement leur refus de se satisfaire des hommes qui les entourent, parce qu'ils n'ont pas un statut social suffisant, pour elles.

D'où la raison pour laquelle, cette définition d'hypogamie ne connecte pas les fils dans mon cerveau.

Si l'hypogamie était l'inverse de l'hypergamie, cela signifierait que les hommes sont en position de force et par voie de conséquence, les femmes serait en position de misère sexuelle.
Ce serait ça la vraie opposition avec l'hypergamie.

Une question sémantique quoi.
C'est juste le contraire.
Hypo signifie inférieur, hyper supérieur, game = union/mariage
donc ça dépend juste qui est le sujet

hypergamie féminine => hypogamie masculine (majoritaire)

hypogamie féminine => hypergamie masculine (croissant)

justement de plus en plus de femmes se retrouvent à se mettre en couple avec des hommes ayant un salaire/statut social inférieur

d'où la notion d'inversement de l'hypergamie

Dernière modification par Ohyeah ; 04/07/2020 à 15h45
  #10  
Vieux 04/07/2020, 15h46
Avatar de Homer
Homer Homer est déconnecté
Sage
 
Date d'inscription: octobre 2014
Messages: 3 805
Par défaut

Citation:
Envoyé par Ohyeah Voir le message
Justement de plus en plus de femmes se retrouvent à se mettre en couple avec des hommes ayant un salaire/statut social inférieur

d'où la notion d'inversement de l'hypergamie
Ouais mais c'est pas pour autant qu'elles connaissent la misère sexuelle et elles choisissent toujours la meilleure option pour elles.

Nous sommes plus sur une croissance ralentie que sur une véritable récession.
Discussion fermée

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +1. Il est actuellement 07h08.