PDA

Voir la version complète : En école d'ingénieur...


Blackjack
05/01/2012, 10h17
Salut tout le monde,

je poste un mini coup de gueule après une énième soirée dans la résidence attitrée de mon école (d'ingénieurs), mais avant, une petite présentation du contexte :

généralement, dans une promotion d'école d'ingénieurs, les filles sont largement minoritaires, aux alentours de 20 % pour mon école ; de plus, si l'école regroupe une immense majorité de ses élèves dans sa résidence attitrée, le bde a tendance a organiser seulement des soirées au sein de la résidence même. Soirées auxquelles je fais l'effort d'aller régulièrement même si je n'habite justement pas dans la résidence.

Les filles sont donc ultra-minoritaires, face à des mecs qui ne sortent pas en club et qui se contentent des soirées dans la résidence de l'école. Ces mecs ne peuvent donc pas réaliser que les filles de l'école sont globalement très en dessous de la moyenne en terme d'attirance physique (cette impression est partagée par tous mes potes de l'école) : disons une moyenne à HB 4 :mad:

Du coup, les filles savent qu'elles ont en moyenne 3-4 mecs potentiels, même si elles sont, il faut le dire, moches. Et des mecs, qui, ne sortant pas en club ou en bar, sont... affamés.

Au final, quasi-impossible de FC, hormis auprès des plus chaudes, car chacune est ultra-courtisée et donc super exigeante; j'invite une fille à danser, elle décide si elle veut m'embrasser ce soir, et souvent elle refuse, tout simplement car elle sait qu'elle se fera brancher au moins 10 fois dans la soirée...

C'est tout simplement le déséquilibre classique en club en faveur des femmes, mais en version extrême... :mad:

J'ai bien envie de connaître vos avis et expériences perso sur la question :)

raimiz
05/01/2012, 10h43
Fais toi des potes en commerce, medecine ou infirmiere et la vie sera plus belle ;)

Ou fait un double diplome en commerce ou finance ^^

Pour les meufs t'as tire' la mauvaise filiere, clairement tu peux pas attendre beaucoup de meufs dans ces soirees, va voir ailleurs, trouve toi des potes dans d'autres etudes

Rincevent
05/01/2012, 11h17
Pour être passé par la même filière il y a déjà quelques années, je n'ai qu'un truc a te dire : sors :)

Leonerd
05/01/2012, 12h20
La même. Il te faut essayer de faire des soirées en ville, d'aller faire du SPU etc... Rencontrer des gens des filières citées plus haut en y ajoutant pharma (très gros potentiel en pharma, field testé :D)

Après tout tu le dis toi-même, ces filles là sont impossibles à closer et sont moches, alors ne t'emmerde pas. Reste sur le campus pour bosser, faire du sport avec des gars, jouer à PES. Pour les filles va voir ailleurs...

pims
05/01/2012, 12h23
Hum, j'serais plus nuancée.
D'abord, les généralités c'est mal, et statistiquement il est pas possible que toutes les filles de ton école soient moches et aient une mentalité de princesse. Le monde n'est pas rempli de gens cons, c'est juste que c'est les abrutis qu'on voit le plus. Ben c'est pareil avec les filles qui te conviennent pas. ;)
Ensuite, à moins que ton école soit foncièrement différente de celle dans laquelle je suis passée, il t'est extrêmement facile de te démarquer de la majorité des mecs en rut lorsqu'une fille t'intéresse vraiment.
Enfin, pour en avoir discuté avec quelques personnes récemment, il semble qu'en arrivant en école d'ingé, donc en milieu très masculin et très frivole, les filles puissent avoir un peu de mal à gérer le désir masculin. Concrètement, elles peuvent ne pas voir qu'elles sont courtisées, être gênées par le fait d'être courtisées, croire qu'elles sont courtisées alors qu'elle ne le sont pas, croire qu'elles sont courtisées pour la paire de seins qu'elles représentent uniquement et ne pas savoir comment réagir lorsqu'elles le sont. Ça fait beaucoup de sources de quiproquo possibles.
Pour finir, de même que target célibataire depuis longtemps et traversant un désert sexuel ne rime pas obligatoirement avec FC facile, être courtisée ne signifie pas forcément être inaccessible et super-exigeante. Pour prendre un exemple que j'connais, le mien, lors de la discussion à laquelle je fais allusion ci-dessus, j'ai réalisé que dans les associations dans lesquelles j'étais impliquée 80% des mecs avaient, à un moment ou un autre, tenté de me draguer plus ou moins subtilement. Pour la moitié d'entre eux, c'était no way de toute façon pour diverses raisons, mais pour les autres, c'est une question de mauvais timing qui fait qu'il ne s'est rien passé. Et en aucun cas le fait d'avoir plein de garçons à mes pieds m'a fait augmenter un quelconque niveau d'exigence, ça aurait même plutôt eu tendance à me gêner horriblement.

Pour conclure, dans ton cas personnel : si aucune fille ne t'intéresse dans ton école, va voir ailleurs, si une fille t'intéresse, game-la normalement sans être mort de faim, t'as de grandes chances que ça marche.

Blackjack
05/01/2012, 13h18
Merci pour vos réponses,

concernant les sorties : je n'habite pas à la résidence attitrée de l'école (je suis un des rares) mais en centre-ville. Alors que tous mes potes, eux, sont dans cette résidence située assez en périphérie de la ville. Le problème logistique diminue grandement leur motivation : on parle d' "inertie" pour sortir, c'est dire --'

Je suis par contre le premier à les motiver pour se bouger. Hier justement ils m'ont apprit qu'il y avait une soirée post-partiels médecine. Plutôt que cette soirée pourrie à la résidence, on aurait pu aller s'éclater en club avec les médecines. Mais ils ne m'ont pas prévenu et n'étaient psa motivés pour y aller... Je leur ai passé un savon, mais bon...

Pims, tout à fait d'accord, je ne généralise pas car certaines rares filles sont jolies, d'autres pas forcément princesses. Mais je parle quand même d'une tendance globale, confirmée par les propos de mes potes : les filles sont dans l'ensemble moches, il faut l'admettre. Et au fait, je pense aussi que la proximité du groupe, de la promo et de la vie en résidence font monter la pression sociale qui leur pèse dessus.

Après, le SPU j'ai jamais fait, mais pourquoi pas. Par contre je profite de chaque interaction au supermarché ou ailleurs pour relancer/taquiner etc :) En club je suis plutôt Direct Game car les filles savent très bien où le mec veut en venir, de toute manière. Ca marche relativement bien, d'autres fois je me fais brancher etc... Mais au sein de l'école, rien du tout, c'est fou ! :mad:

J'ai écrit ce post car j'étais un peu "dépité" après un rateau pur et simple, vu que la fille a simplement refusé mon invitation à danser, pourtant "normale" : arrivée de 3/4 face, je lui tend la main, elle refuse --' Bref, elle a peut-être un mec, ou pas ouverte ce soir-là...

Je vais donc faire un tour dans la section rencontre entre membres pour essayer de dénicher un wingman,

merci pour vos réponses. Et pims non je ne suis pas un méchant garçon qui généralise à tour de bras et prend des raccourcis pour tout interpréter :D

pims
05/01/2012, 13h29
concernant les sorties : je n'habite pas à la résidence attitrée de l'école (je suis un des rares) mais en centre-ville alors tous mes potes, eux, sont dans cette résidence située assez en périphérie de la ville. Le problème logistique diminue grandement leur motivation : on parle d' "inertie" pour sortir, c'est dire --'
Ahah, ça m'rappelle mes folles années à courir après le dernier RER, ou à me résigner à rentrer en taxi :D

Je suis par contre le premier à les motiver pour se bouger, hier justement ils m'ont apprit qu'il y avait une soirée post-partiels médecine, plutôt que cette soirée pourrie à la résidence on aurait pu aller s'éclater en club avec les médecine ; mais ils ne m'ont pas prévenu et n'étaient psa motivés pour y aller... Je leur ai passé un savon, mais bon...
En même temps, les soirées en club, c'est pas pareil que les soirées en école d'ingé. J'veux dire, personnellement, en étant parfaitement à l'aise dans les secondes, j'me suis sentie comme un poisson hors de l'eau les premières fois que j'suis allée en club. Et même maintenant, si j'apprécie les soirées en club qui permettent de "sortir du bain" de l'école, j'aime bien aussi rester dans une ambiance "entre potes" où les interactions sont tout aussi superficielles, mais finalement IMHO moins basées sur l'apparence et le "style".
Bref, ce sont deux choses différentes. J'pense que pour peu que tes potes n'aient pas l'habitude de sortir en club, c'est le couplage de l'inertie et de la peur de l'inconnu qui fait que t'as autant de mal à les bouger.

Pims, tout à fait d'accord, je ne généralise pas car certaines rares filles sont jolies, d'autres pas forcément princesses, mais je parle quand même d'une tendance globale, confirmée par les propos de mes potes : les filles sont dans l'ensemble moches, au fait je pense aussi que la proximité du groupe, de la promo et de la vie en résidence font monter la pression sociale qui leur pèse dessus.
C'est pas forcément de la "pression sociale" (même si ça joue aussi un peu, mais finalement pas tant que ça). C'est aussi qu'alors qu'en club, tu peux esquiver ta conquête d'un soir si t'as un buyer's remorse, sur un campus, c'est vachement moins facile. Et si personnellement j'ai pas de mal à assumer face à mes potes ou à des connaissances d'avoir roulé une pelle à un inconnu moins attirant au final que j'pensais, c'est un peu plus compliqué quand tu croises le-dit inconnu à chaque coin de couloir.

J'ai écrit ce post car j'étais un peu "dépité" après un rateau pur et simple, vu que la fille a simplement refusé mon invitation à danser, pourtant "normale", arrivée de 3/4 face, je lui tend la main, elle refuse --' Bref, elle a peut-être un mec, ou pas ouverte ce soir-là...
Ouaip, sans doute ^^
Mais c'est bien de reconnaître la raison principale de ton post :P

merci pour vos réponses, et pims non je ne suis pas un méchant garçon qui généralise à tour de bras et prend des raccourcis pour tout interpréter :D
Loin de moi cette idée ^^
Mais je préfère enfoncer vigoureusement des portes ouvertes que rester dans le malentendu potentiel ;)

Blackjack
05/01/2012, 18h45
En même temps, les soirées en club, c'est pas pareil que les soirées en école d'ingé. J'veux dire, personnellement, en étant parfaitement à l'aise dans les secondes, j'me suis sentie comme un poisson hors de l'eau les premières fois que j'suis allée en club. Et même maintenant, si j'apprécie les soirées en club qui permettent de "sortir du bain" de l'école, j'aime bien aussi rester dans une ambiance "entre potes" où les interactions sont tout aussi superficielles, mais finalement IMHO moins basées sur l'apparence et le "style".
Bref, ce sont deux choses différentes. J'pense que pour peu que tes potes n'aient pas l'habitude de sortir en club, c'est le couplage de l'inertie et de la peur de l'inconnu qui fait que t'as autant de mal à les bouger.

Oui, en soirée entre élèves, tu as toujours un groupe d'amis vers qui aller pour discuter si t'es tout seul, alors qu'en club si tu es seul et bien il faut aller danser avec le sexe opposé, sinon on voit de suite que tu n'es accompagné ni d'ami(e)s ni d'un membre du sexe opposé.

C'est pas forcément de la "pression sociale" (même si ça joue aussi un peu, mais finalement pas tant que ça). C'est aussi qu'alors qu'en club, tu peux esquiver ta conquête d'un soir si t'as un buyer's remorse, sur un campus, c'est vachement moins facile. Et si personnellement j'ai pas de mal à assumer face à mes potes ou à des connaissances d'avoir roulé une pelle à un inconnu moins attirant au final que j'pensais, c'est un peu plus compliqué quand tu croises le-dit inconnu à chaque coin de couloir.

Par pression sociale j'entendais bien le fait de se cotoyer au quotidien :)

Conclusion : il faut que je me trouve un wingman :D