Afficher un message
 
Vieux 12/01/2018, 09h58
Sélim Sélim est déconnecté
V.I.P
 
Date d'inscription: septembre 2010
Localisation: Je vis maintenant à Paris où j'écris et sors beaucoup trop
Messages: 791
Par défaut Du pain béni

Citation:
Envoyé par PoissonRouge Voir le message
Je trouve ça quand même étrange que certains gars du forum - notamment toi Sélim - se sentent à ce point concernés par toutes ces histoires de harcèlement alors qu'au fond ce sont peut-être les moins impliqués.

Certes on ne peut pas nier que la communauté des séducteurs prend vachement cher depuis quelques temps, mais faudrait quand même pas oublier que pour la plupart des membres très actifs du forum vous faites parti du haut du panier et que les étages inférieurs sont loin d'être aussi glorieux.

Combien de mecs sont vraiment capables d'aborder avec subtilité, en sachant différencier une femme intéressée et en confiance d'une autre indifférente voir mal à l'aise ?

Avant même d'être inscrit ici je connaissais déjà des gars qui se revendiquaient d'AdS et dont la seule technique consistait à faire un maximum de forcing en intégrant bêtement quelques conseils basiques et pas forcement judicieux. Face à eux je comprends très bien pourquoi certaines nanas en viennent à saturer.
En réalité, je dois bien l'admettre : tous ces scandales sont bons pour nous.
Pour le travail que l'on fait, ce travail d'éducation.
Ce travail qui consiste à expliquer la différence entre séduction et harcèlement.

"Des mecs qui se revendiquent d'ADS et font le forcing" : ils n'ont pas dû bien lire les articles. N'ont pas acheté une demi-seconde de formation. N'ont jamais été coachés ni par Eros ni par moi.

Dans chaque communauté, il y a toujours des moutons noirs, des cousins un peu gênants.
Mais ils sont loin de représenter la grande majorité des mecs qui veulent s'améliorer, se faire des potes et avoir une copine.
Les mecs qui font du SPU = 1% de la communauté, qui elle-même = 1% des hommes.

Les gars qui importunent les filles dans la rue : pas nos lecteurs.
Certains peuvent draguer, certains peuvent essayer d'aborder dans la rue, oui, mais ce n'est dû qu'à une mauvaise compréhension de tout ce qui est écrit sur le forum et le site.

Notre objectif : donner les clefs de l'intégration, donner la possibilité à chacun d'être "la meilleure version de soi-même", et de séduire, au passage.

Hormis les premières années où le SPU faisait rêver les kids, on a pris un virage dév perso et dynamiques sociales vers 2010-2011.

Certains sont encore bloqués sur la drague de rue, avec ses pièges, ses promesses, ses mirages : dommage, ce n'est pas là que ça se passe pour la grande majorité du monde.

La drague de rue, le SPU, qui conduit certaines féministes à confondre drague et harcèlement, c'est bien peu de monde, et pourtant, ça prend toute la lumière médiatique.

D'un point de vue communication : Artdeseduire forme des hommes séduisants, pas des dragueurs de rue.
Le discours face aux journalistes, que j'ai tenu hier pour la télé danoise (séquence à 21:25)
est le même que je tiendrai la semaine prochaine pour NBC (ouais, là ça devient gros et mondial)
: Weinstein, ce n'est pas de la drague.
Les agressions, ce n'est pas de la séduction.

Il y a des règles, "non c'est non", et ensuite ça devient du harcèlement.
Cette histoire, c'est du harcèlement (Anaïs Richardin)
cette histoire, c'est encore pire peut-être tellement le mec décrit a l'air con. L'histoire d'un connard qui profite de son statut de "recruteur" pour proposer un plan "promotion canapé".

Vous allez me dire que ce ne sont que les versions des filles, mais j'ai envie de les croire. Je sais que ces types sont des bouffons, je les connais vaguement.
Du coup, quand je lis des récits de merde comme ça, je pense à ma soeur de 19 ans, et j'en discute avec elle, en lui expliquant qu'elle peut toujours dire non.
Qu'elle peut toujours se lever en plein milieu d'un repas.
Qu'elle peut toujours enregistrer un entretien au cas où.

La séduction, ça se joue à deux. C'est ce qu'on apprend sur Artdeseduire.
On y apprend le respect, on y apprend les limites.

Fondamentalement, le SPU, je peux comprendre les critiques des filles : "Les gars, on n'a pas envie de vous servir d'entraînement".

Il y a beaucoup à dire encore.
On est en train de bosser sur un truc, je vous en parle prochainement.
L'objectif, c'est le LOL, toujours. Et la progression, aussi.
Réponse avec citation