Afficher un message
 
Vieux 26/07/2016, 23h37
Avatar de Cube_
Cube_ Cube_ est déconnecté
Initié
 
Date d'inscription: aot 2015
Localisation: Paris
Messages: 269
Par défaut Le SPU, une arme à double tranchant

Hello les gars,

Je comptais parler de ça dans mon journal, mais comme je suis en retard (il me manque des posts à faire entre aujourd'hui et Mars, je viens vous en parler ici parce que je pense que ça peut vous intéresser.

Pour ceux qui ne me connaissent pas, ça fait 1 an que j'ai démarré concrètement la séduction (c'est à dire ma première vraie tentative de drague.), et 4 mois que je suis à Paris.
En arrivant sur Paris j'ai passé différents paliers assez vite.
- J'ai abordé de manière contextuelle dans des bars.
- Puis dans la rue (contextuel, avec des excuses).
- Je suis sorti ENORMEMENT, d'abord avec mes potes.
- Puis comme ils drainaient mon énergie à rechigner pour faire de nouvelles rencontres, je suis sorti seul.
- J'ai fait du NPU tout seul, des soirées à rentrer seul dans des bars et à repartir tard en ayant passé une super bonne soirée avec des gens rencontrés sur place.
- Du SPU d'abord seul, puis avec un wing.
- J'ai passé le cap du Yad Stop il y a 3-4 semaines.

Concrètement, ça me fait depuis que je suis sur Paris plus de 300 abordages. (groupe, gens seuls, filles, mecs).
- En tout j'ai eu 1 FC avec une fille magnifique (HB.9, Corréenne)
- Une dizaine de numéro (5-6 en yad stop, SPU pur).

Ces stats sont franchement pas tops et pourtant j'ai maintenant un niveau correct.
Je sais que je suis tout près de passer un prochain palier (dater mes NC choppés en street) étant donné que ça flake à chaque fois dans les derniers messages.

Pourquoi je vous dis tout ça. Jusqu'ici ça ressemble à un concours de bite et ce n'est pas pour ça que je vous écris.

Depuis Avril, je consacre énormément de temps à sortir et à la séduction. J'ai petit à petit reculer les limites que je m'étais fixé : "le dimanche t'es réservé pour faire des choses que tu aimes, comme de la musique" "tu récupères le vendredi soir et le reste du week end du manque de sommeil de la semaine". etc. ça, c'est terminé.
J'ai stoppé la plupart de mes passions, sans trop m'en rendre compte.
J'ai tellement dégommé ma zone de confort, que j'ai l'impression de ne plus en avoir.
J'ai perdu l'équilibre. J'ai l'impression que ma vie est instable. Je fournis des efforts énormes pour garder le cap, et je sais plus trop où je vais.
Je ne vois plus le temps passé.
J'ai pris les deux derniers mois dans la gueule sans avoir eu le temps de dire ouf. J'ai pas terminé un week end que je rêve du prochain pour pouvoir enfin me reposer. Je rêve de retrouver une routine.

Cet excès de sorties et ce manque de stabilité m'a provoqué des problèmes de santé. Un premier qui n'a probablement rien à voir mais qui m'a couté énormément moralement à gérer (multiples tests et rdv sur mon temps de sommeil car je devais me lever plus tôt pour y aller avant le boulot). Je ne l'ai toujours pas résolu. Et un deuxième : problème d'oreille interne. Perte d'équilibre. J'ai quitté le boulot en me prenant les murs du métro, et j'ai faillit appeler le samu pendant la nuit parce que je ne pouvais plus marcher, et que même allongé ma tête tournait à fond.

Pourquoi tout ça ?
Depuis que j'ai passé le cap du Yad Stop il y a 3-4 semaines, j'ai abordé environ 100 filles. Là où je n'y voyais que du bon, où les échecs ne semblaient pas m'affecter, j'ai remarqué quelques trucs :

- Je ne pense presque qu'à ça. Je veux aborder pour aborder parce que je trouve ça fun. Je peux limite pas m'en empêcher de peur "d'en laisser passer une". Si j'en fait pas pendant un moment je deviens irritable quand une soirée entre pote est "posée" et que je me fais chier, que ça ne "m'avance à rien". Je suis devenu un peu addict.
- Je dis à des filles que je les trouve jolie même si je me rends compte une fois devant que ce n'est pas le cas, avec la même émotion que si je commandais une botte de carottes. J'ai beaucoup moins d'empathie qu'avant.
- J'ai du mal à me concentrer. Quand je parle avec un pote dans un lieu public, si une jolie fille passe je ne l'écoute plus, je suis distrait et je songe à le laisser là pour la rattraper.
- Je me lève, je réponds aux messages sur des débats de séduction avec mes potes dans le métro. Je file des conseils. Pareil au boulot, je lutte pour laisser mon portable de côté. Je réponds aux filles abordées. J'ai une collègue de bureau avec qui c'est chaud alors il y a du flirt la journée. Le soir si il y a des jolies filles dans le metro je les aborde.
En bref : JE NE FAIS PLUS QUE CA.

Samedi, après une session de SPU avec mon wing et Hélios, où j'étais sérieusement déprimé, on eu un débat parce que je trouvais que ce qu'on faisait était en train de tuer tout romantisme, que j'avais peur de perdre de l'empathie et le thrill du premier baiser, que la vision Disney qu'on nous répète néfaste partout ne l'était peut-être pas tant que ça. J'ai abordé une dernière fille.
- "Salut je te trouve super jolie alors je me suis dit que j'allais venir te parler."
- "Merci, mais j'ai un copain".
- "C'est vrai ? C'est pas un mensonge ?!"
- "Non c'est pas un mensonge ! Au revoir !" La fille me le crache à la gueule, super vénère. Un point pour Marion Séclin.

De mon côté aucune peur, et j'ai été blasé, suspicieux dans mon attitude. Elle m'a renvoyé ma mauvaise image de moi dans la gueule.
__________________
~ Cube

- A lotus for you -

Journal

Dernière modification par Cube_ ; 01/08/2016 à 23h32
Réponse avec citation