Afficher un message
 
Vieux 10/06/2016, 19h39
Avatar de Pégase
Pégase Pégase est déconnecté
Nouveau Membre
 
Date d'inscription: janvier 2016
Messages: 55
Par défaut

Alors là Reflex, on ne parle plus de la même chose. Je vais récapituler :

Je précise toujours à mes partenaires que je refuse le condom et ça leur convient très bien dans 100% des cas, parce que je connais toujours la jeune femme un minimum avant de faire quoi que ce soit avec elle, je m'assure également qu'elle prend bien la pilule, c'est pour ça que je disais "je ne couche pas avec n'importe qui" (cf. ONS avec inconnue). Donc, si une personne S+ (pour moi en l'occurrence, une jeune femme) dont j'ignorerais la maladie :

1) qui me l'annonce AVANT quoi que ce soit : je lui en veux un peu parce qu'elle m'a excité/chauffé et donc je n'ai plus l'esprit vraiment lucide, mais je me calme et tiens compte du fait qu'elle a été honnête avec moi. Il ne se passera strictement rien à partir de là mais il se peut très probablement qu'on termine la soirée ensemble et même que l'on devienne des amis ultérieurement ;

2) qui ne me l'annonce pas avant, mais soit PENDANT l'acte (préliminaires - pénétration vaginale et/ou anale) soit APRÈS l'acte : là, on arrête tout, je/elle dégage, et elle recevra plus que certainement des nouvelles de mes avocats (hé oui, l'avantage des PDG) dans les jours suivants, non seulement pour transmission volontaire du SIDA, mais également pour :
  • Abus de confiance ;
  • Mise en danger d'autrui ;
  • Voies de fait
  • Voies de fait causant des lésions
  • Voies de fait graves
  • Agression sexuelle
  • Agression sexuelle causant des lésions corporelles
  • Agression sexuelle grave
  • Nuisance publique (je ferais vérifier si elle est donneuse)
  • Négligence criminelle causant des lésions corporelles
Les accusations suivantes seraient portées avec celles de voies de fait, dans le cas où moi (la victime) j'ai contracté l'infection (ou non) :
  • Tentative d'homicide sans préméditation
  • Tentative d'homicide avec préméditation : emprisonnement à perpétuité
Ainsi, une personne peut être reconnue coupable de plusieurs infractions criminelles, s'il y a eu des rapports sexuels avec risque de transmission (via la charge virale), sans divulguer son état à son partenaire. Cette accusation peut être portée, même dans les cas où l'autre personne n'a pas été atteinte du VIH, car elle a tout de même été exposée à ce risque sans en être réellement consciente.

Et je ne déconne pas, voici quelques articles sur le traitement pénal de la transmission (effective ou potentielle) du SIDA par voie sexuelle :

- https://blogs.mediapart.fr/daniel-bo...ons-s-imposent
- Transmettre le sida volontairement est passible de 10 ans de prison
- Transmission du SIDA /VIH est-il criminel ?
- https://www.senat.fr/lc/lc151/lc1510.html
- Douze ans de prison pour avoir transmis sciemment le sida

---- *** ----

Quant à "faire sa pub", bien évidemment, quand je dis que je la ferais jusqu'aux confins du pôle nord, je ne parle pas d'une jeune femme qui m'aurait prévenu ! Je respecterais sa vie privée (toutefois, je préviendrais dans le plus grand secret mes amis les plus proches si elle venait à leur tourner autour).

Je parlais évidemment d'une jeune femme qui m'aurait joué un "coup de pute" comme l'exemple ci-dessus, le fait de ne pas divulguer sa maladie, et donc mettre en danger la vie/santé d'autrui.
__________________
___----------------___

Écrivain | Auteur | Artiste 2D/3D
Électron libre multifonctions

___----------------___

Mon journal : "Le vide parfait"
[MàJ 09.06.16]

___----------------___

Dernière modification par Pégase ; 10/06/2016 à 21h02
Réponse avec citation