Afficher un message
 
Vieux 25/05/2022, 20h57
AlmostAlive AlmostAlive est déconnecté
Nouveau Membre
 
Date d'inscription: mai 2022
Messages: 7
Par défaut Virginité tardive et relations futures

Salut tout le monde.

Après plusieurs mois à ruminer dans mon coin, je saute le pas pour discuter d’un sujet qui me pèse beaucoup ces temps-ci.

Pour ceux qui n’ont pas lu ma présentation et/ou qui veulent en savoir plus :
  • J’ai 23 ans (février 1999)
  • Je fais 1m85 pour 105kg
  • Ça se passe mal dans ma vie, autant sur le plan études (j’ai redoublé plusieurs fois, je suis refusé à droite à gauche à cause de mon mauvais dossier donc je trouve pas de taff/alternance, du coup pas d’argent donc pas de voiture pas d’appart etc..) que sur le plan relations personnelles (en “5 ans” à la fac je me suis pas fais un seul nouvel amis, à 23 ans je suis toujours puceau dans tous les sens du terme, je me sens pas personnellement proche de ma famille même si je me sens pas complètement détaché non plus)

Après tout ça, vous pouvez vous douter de pourquoi mon futur me rend si anxieux, et pourquoi je me tourne vers vous aujourd'hui par rapport à ma vie amoureuse et sexuelle.

Depuis quelques mois je pense beaucoup au fait d’être puceau à 23 ans et au fait que ma vie risque de stagner encore plus prochainement : avec tout ce que je dois changer chez moi, que ce soit mon physique avec le sport, mes études ou ma situation, je risque de rester comme ça encore pour une bonne année ou deux ce qui fait que je risque d’être puceau jusqu’à mes 24-25 ans et ça me pose un problème puisqu’après avoir rapidement fait le tour des femmes de mon entourage, des réseaux sociaux et des SDR, je me suis rendu compte que la tranche d'âge 30+ c’était un vrai enfer niveau dating : entre les femmes de 27 ans et plus qui n'ont pas vu le temps passer et qui ont passé leurs 20s à coucher à droite à gauche, les mères célibataires, certaines qui sont déjà divorcés et moi qui arrive fraîchement sur le marché avec un retard assez conséquent, j’ai peur du décalage et de ce que ça va très probablement impliqué.

Jusqu’à il y a pas si longtemps, je pensais finir mes études le plus vite possible parce que j’en ai plein le cul, trouver un taff qui paye pas trop mal pour avoir mon appart et ma voiture pour ensuite commencer à papillonner pendant quelque temps avant de commencer les relations sérieuses. Mais au point où j’en suis, j’ai l’impression d’être pressé par le temps et d’être poussé au cul : contrairement à un jeune de 19-20 ans qui a largement le temps pour apprendre de ses erreurs, qui a beaucoup de temps devant lui pour se remettre d’une relation qui n’a pas abouti, de se mettre en couple sans trop se soucier de savoir si ça va tenir dans la durée tant qu’il est avec une fille jolie et gentille qui fait qu’il se sente bien, qui en général a les mêmes attentes qu’une femme deson age qui sont de kiffer l’instant présent sans trop se projeter dans l’avenir, moi j’ai l’impression de tomber dans une période où l’insouciance à l’air d’être beaucoup plus rare, les femmes de la tranche d’âge 25-30 (dans mon entourage en tout cas) commencent à parler vie de couple, mariage, enfant, maison alors que moi j’en suis encore à l’étape 1 qui est draguer une meuf..
Pour ceux qui n'ont pas vraiment compris ce qui me préoccupe, c’est comme si j’avais 50 ans et que je vous demandais si c’étais une bonne idée de reprendre mes études pour devenir neurochirurgien, ou si c’était pas trop tard pour commencer à investir en bourse : je sais que j’en ai la possibilité si je fais assez d’effort, je sais que ça se fera pas tout seul et que ça prendra du temps mais on est tous d’accord pour se dire qu’il aurait fallu que je me sorte les doigts du cul plus tôt pour pouvoir commencer plus tôt, faire les erreurs plus tôt, pour pouvoir profiter plus tard.

Du coup, sachant que beaucoup de personnes ici ont été dans le même cas que moi, ou que certains ici se sont remis à séduire dans leurs 30s et 40s, et qui s’en sont sorti, je me demandais si vous pouviez un peu me faire le topo de ce à quoi je dois m’attendre et de peut-être me montrer comment passer outre ce sentiment de décalage et de manque de temps perpétuel pour profiter pleinement de ma vie.

J’ai conscience que tout ça est de ma faute, je ne suis clairement pas le plus à plaindre ici ou ailleurs, mais ça me ronge tellement de l'intérieur que ça m’en donne la nausée avant même d’avoir commencé un quelconque effort pour changer.

En espérant que plusieurs d’entre vous puissent partager leur avis, points de vue ou mieux leurs expériences personnelles.

À la prochaine.
Réponse avec citation