Afficher un message
 
Vieux 18/08/2019, 23h10
Avatar de Hanneman
Hanneman Hanneman est déconnecté
Sage
 
Date d'inscription: octobre 2011
Messages: 13 098
Par défaut

Je n'isolerai pas ce phénomène à Tinder, je pense qu'il est bien plus large et je pense que ça contribue à augmenter la misère sexuelle des hommes, uniquement, effectivement.

Les dynamiques et les critères ont toujours été les mêmes, même avant l'apparition de ces plateformes. Les gens choisissent de préférence la meilleure option pour eux dépendamment de leurs critères de séléction - rien de plus logique - et l'initiative masculine a toujours été le principal (seul ?) moteur de la rencontre.

La démocratisation des tchats au début des années 2000, desquelles le motif de la rencontre fut isolé pour donner naissance aux SDR - qui eux même se sont transformé en appli' sur les smartphones - ont eu entre autres, 3 effets majeurs sur le marché des relations amoureuses :
1) Démultiplier les initiatives masculines
2) Exacerber les facteurs de sélection du marché de la séduction
3) Exacerber la concurrence des hommes dans la chasse à la femme

Les opportunités et leur distribution, ont définitivement changé, avant et après, la démocratisation de ces plateformes.
Les initiatives masculines envers la gent féminines se sont démultipliées de façon exponentielle devant la facilité de la potentialité de la rencontre et puisque l'initiative masculine est au coeur du processus de la rencontre, les femmes se sont retrouvées face a un choix qu'elles n'avaient jamais eu auparavant, que ce soit en terme de quantité, comme de qualité.
Avant, une personne ne disposait que du choix de ses réseaux : professionnel, amical, social, familial, scolaire, etc. Mais la multiplication des opportunités dans ces réseaux réels, demande un investissement personnel indéniable. Ce qui signifie que les femmes n'avaient accès qu'au choix que leurs réseaux respectifs leurs fournissaient. S'il n'y avait aucun mec qui leur convenait, c'était la disette. S'il n'y avait que du second choix, il fallait s'en satisfaire, au risque de finir célibataire, ou continuer de travailler ses réseaux réels comme une grande fille.

Mais cette physionomie a changé dés lors que les femmes se sont retrouvées avec des 10aines de mecs, si ce n'est des 100aines par jour, par semaine, sonnants à l'écran de leur smartphone. Des hommes immédiatement disponibles, hors de leurs réseaux, sans effort à fournir et dans une abondance infinie et continue.
Sociologiquement, c'est prouvé ; plus tu es sollicité, plus ton cerveau sélectionne et élimine les sollicitations les plus parasites. C'est valable pour tout et dans toutes les situations.
Ca nous amène immédiatement à la notion de sélection dans le panier des hommes disponibles. Les sollicitations étants sans fin, il est nécessaire que ces femmes fassent un tri, un tri qu'elles ne pouvaient pas se permettre de faire de la même manière avant Tinder et compagnie.
Et c'est là que la sélection va en laisser sur le carreau.

Parce que maintenant que la boite de Pandore est ouverte pour les femmes, il va falloir faire un choix, choisir c'est renoncer. Et ce renoncement va se faire au détriment des sollicitations les moins attractives et bien évidemment à la faveur des sollicitations les plus attractives.
Ce qui fait qu'une sollicitation est attractive, c'est que les critères qui entrent en considération, sont suffisamment élevés pour la démarquer de la masse des autres sollicitations. A côté du "beau", on trouvera le "très beau", puis le "canon" et ainsi de suite pour tous les critères que les demoiselles choisiront de prendre en considération.

Ce qui n'a pas changé, c'est l'appétit des hommes pour le sexe. Mais devant la concurrence des armés d'autres hommes derrière leur téléphone, ils seront prêt à 2 compromis pour étancher leur appétit :
1) Diminuer leurs exigences en terme d'attraction féminine pour avoir un accès plus facile au sexe
2) Diminuer leur valeur d'homme pour se rendre accessible au plus grand nombre de filles - ça ce matérialise par le "swip right" en mode mitraillette ou encore se laisser traiter comme des merdes

En appliquant ces 2 principes contre-productif - on attire pas une personne de haute valeur en lui proposant sa propre faible valeur - les hommes ont posé sur les épaules des femmes l'entièreté du pouvoir décisionnel du processus de séduction.
Et comme ils ont aussi choisi de diminuer leurs exigences pour avoir un accès plus facile au sexe, cela induit que même les filles avec peu d'attractivité sexuelle, se retrouvent avec un large choix d'hommes et le pouvoir de choisir ce (ceux) qui se présente de mieux devant son téléphone.
C'est comme ça que par exemple, ma coloc' de 26 ans, petite, grasse, au visage bouffi, avec des boutons sur la face, se nourrissant de Coca Cola et de pizzas, Attention whore, LSE et probablement dépressive, ramène à la maison des BG qui roulent en Mitsubishi.
L'écart de valeur est conséquent, mais le pouvoir du vagin l'emporte.

En conclusion, c'est en abandonnant nos couilles aux femmes via les applications de rencontre, qu'on leur a donné la possibilité, même pour les moins attractives, de pouvoir baiser avec ce qui ce fait de mieux chez les mecs, sans ne disposer d'aucun contre-pouvoir là dessus.
En position de "toute puissance", il faudrait être idiot pour ne pas choisir ce qu'il se fait de mieux chez le sexe opposé. Et il est évident que l'état actuel du marché favorise la misère sexuelle des hommes allant de "pas du tout attractif" à "attractif", quand même ce qui se fait de "plus attractif" chez les hommes leur est accessible à la simple pression de l'index sur un écran de téléphone.
__________________
HANNEMAN, OU LE MÉCHANT DU FORUM.

Mon nouveau journal :
Run salmon, run...

Mon 1ier journal :
Car le bonheur ce n'est pas les autres

SI TU VEUX QUE LES CHOSES CHANGENT, TRAITE LA SOURCE DU PROBLEME PAS LE(S) SYMPTOME(S)

Dernière modification par Hanneman ; 18/08/2019 à 23h30