Afficher un message
 
Vieux 04/02/2019, 17h55
Avatar de AlexandreDeMacedoine
AlexandreDeMacedoine AlexandreDeMacedoine est déconnecté
Master
 
Date d'inscription: aot 2014
Messages: 1 792
Par défaut Dépasser le sentiment d'inaptitude sociale

Bonjour à tous,

Ecrire ce post me coûte car cela va contre une certaine fierté protectrice que je délaisse aujourd'hui sans grand souci vu que je suis arrivé à la conclusion que si je n'admettais pas cette faiblesse et que je ne travaillais pas dessus, je n'irai nulle part de satisfaisant.

En effet, en m'adonnant à une très longue séance d'introspection et analyse, je suis arrivé à la conclusion que mon "rêve" (ou du moins mon aspiration/objectif principal) était d'arriver à un stade où j'étais capable de diffuser le fruit de mes travaux d'observation, synthèse du monde pour faire croître le monde dans une vision plus élevée (pas au sens du jugement de valeur, je veux dire sortir la tête du guidon pour être sur les rails de la réussite, bref, d'être capable de remettre ses propres idées en place). En bref, d'éclairer les gens, de diffuser et d'avoir un impact positif. En bref, d'être le "chevalier noir" du développement personnel, reconnu pour ses actes. Un "héros" qui ne cherche pas la gloire pour la gloire.

Je vous demande de ne pas me juger, je ne fais qu'exprimer ma vision des choses "brute" sans considération d'humilité etc. C'est mon objectif, pas une réalité actuelle ; un objectif qui évoluera bien sûr au contact de la vie et qui a évolué d'ailleurs pour avoir vécu de nombreuses expériences positives dans ce sens.


Mon problème, et je l'ai identifié, c'est que ma capacité d'analyse, de synthèse etc. a beaucoup augmenté (bien que trop souvent fermée sur elle même) alors que j'ai fui la communication depuis plusieurs années.

Outre un effet pervers de mes choix et de ma situation professionnelle (qui a réduit énormément mes possibilités), je dirais que j'ai aussi fui par sentiment d'inaptitude sociale et de mauvaise compréhension des dynamiques sociales (par exemple, je suis persuadé que l'on est "noté" ou du moins que l'on peut être rejeté rapidement sur une contradiction, ce qui m'a amené à louvoyer pour ne pas "ruiner mes chances").
S'il y a un défaut de perception là dedans, il y a aussi un peu de vrai. Aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours dû faire des efforts pour saisir le "truc" et que temporairement par essais erratiques. En plus, entendre de gens bien intentionnés qu'il ne faut pas "être autiste" (je ne leur en veux pas, ça partait de bonnes intentions mais les dégâts sont là) ne risquait pas de diminuer les dégâts...

Pourtant, j'ai remarqué en pratique que j'étais un assez bon négociateur et que j'arrivais à bien sentir les dynamiques des échanges en face à face quand il s'agit d'enjeux. Pas au niveau émotion, lien, discours "de la pluie et du beau temps", etc. NADA. Je VOIS que l'échange se passe bien mais je ne sais pas pourquoi, de même je vois que l'échange se ferme ou se tend mais pareil je ne fais que "sentir" une raison. C'est plus une sorte de compétence intuitive que je vais essayer de développer.
J'essayais avant d'observer et cela avait de bons résultats, j'ai arrêté.

Enfin, je reviens au problème.
En fait, je n'ai pas besoin de "connaitre du monde" ou d'avoir une sorte de "maison" qui va me réconforter sur le plan émotionnel. J'ai bien sûr des besoins émotionnels mais ils sont facilement couverts sans véritable démonstration ou discussion. Je n'ai pas besoin de beaucoup de support ou d'oreille attentive ni d'amis permanents. Je ne cherche pas non plus à séduire pour séduire, je n'ai jamais ressenti de lien "profond" comme décrits souvent mais plutôt des affinités avec des personnes qui représentent quelque chose (ce qui me faire paraître dédaigneux ou désintéressé des gens masi ce n'est pas le cas, j'ai juste une manière différente d'apprécier).
Par contre, j'ai toujours adoré papillonner et apporter de l'énergie et en recevoir en retour. J'aime être un électron libre. Sauf que je ne sais pas comment faire, je finis donc à me carapaçonner derrière mon enthousiasme et de l'énergie qui est usante.


Mon idée est donc que j'ai assez d'opportunités d'échanges : les commerçants, les collègues, les voisins, l'administration, les connaissances de passage, etc. c'est déjà pas mal pour le premier stade. Plutôt que de chercher à étendre, je ferais mieux d'améliorer la qualité de mes échanges actuels.

La question, par où commencer ? Je ne vois que l'observation, moins de précipitation et l'effort mais je ne pense pas que ça va me mener bien loin et les conseils du web sont assez basiques, presque de bon sens passé l'âge adulte. J'ai progressé mais très peu sur de très longues périodes parce que c'est plus une sorte d'effet de bord/conséquence indirecte de mon agitation/de mes essais empiriques que d'une véritable méthode concertée et de réussites dans des conditions bien particulières. En sus, je ne me sens pas moi-même à essayer de répondre "bien" (comme les gens normaux) car ce genre de conversations me dépriment. Et j'en ai marre d'avoir à me "déplacer" comme un handicapé au sens figuré, je ne suis pas handicapé social et je veux le prouver à ceux qui me l'ont fait sentir !

Les personnes qui se sentent concernées par ma problématique, comment avez-vous fait ? Avez-vous des pistes ? Merci !

Dernière modification par AlexandreDeMacedoine ; 04/02/2019 à 18h12
Réponse avec citation