Afficher un message
 
Vieux 17/12/2015, 19h52
don Diego de la Vega don Diego de la Vega est déconnecté
Banned
 
Date d'inscription: novembre 2012
Messages: 18 285
Par défaut

.
La Zone de Confort

2/2


2) Comment en sortir ?

Voici 7 trucs à appliquer au quotidien pour exploser votre CZ !


Rationalisez vos peurs

Pour comprendre le mécanisme de la zone de confort, il faut comprendre de quoi on a peur. Si on sait comment faire face à nos peurs, la donne change.

Avoir peur, c'est humain. A chaque fois que l'on croise une femme qui nous plaît, notre cerveau nous envoie des signaux. L'adrénaline agit sur le cerveau et "boum", on se ressent dépassé par les événements et souvent, on n'ose plus rien faire. Pourquoi ? Parce que l’on a peur du rejet.

Oui, le rejet est capable de tétaniser la plupart des hommes. Pourquoi justement ne pas en profiter pour se démarquer des autres ? Voici comment fonctionne le mécanisme de la peur : ce que l’on craint, on l’attire, et ce que l’on regarde en face disparaît.

Cette peur est donc largement infondée, mis à part les répercussions sur votre égo. Or dans ces cas là votre égo ne vous sert à rien, au contraire vous gagnerez en estime personnelle à chaque petite victoire sur vos peurs inconscientes et donc sur votre zone de confort.
Vous avez saisi ? L’estime de soi est une valeur à construire et à entretenir, c’est ce qui vous permettra de croire en vous même si les autres essaient de vous déstabiliser. C'est l'importance que l'on porte à ses actions, indépendamment du regard des autres. Si vous croyez en vous, vous vous sentirez comme une montagne de confiance.
L’ego est l’image (erronée) de vous-même, celle que vous fantasmez mais (celle) que vous persistez à vouloir renvoyer aux autres. Détruisez la.

La révélation que je vais vous faire est la suivante : quand on “a peur”, c’est que justement …”il faut y aller”. C’est la différence entre ceux qui ont des vies épanouies, et les autres… Quand chacune des fibres des son corps sait que l’on a peur, qu’on a la bouche sèche, le coeur qui s’accélère : c’est le signal qu’il faut se lancer. Cela concerne aussi bien le fait d'aborder une femme dans la rue, que la prise de parole en public. La zone de confort est intimement liée à l’anxiété sociale. Il faut se battre contre cela, la peur n’a rien de mauvais, faites-en une alliée.


Brisez votre routine

Fermez et oubliez pendant 7 jours votre téléviseur, Facebook, Google+ et Twitter.

Utilisez le temps gagné pour apprendre quelque chose de nouveau, appeler ou rencontrer un ami que vous avez perdu de vue, sortir dehors, faire de l’exercice ou toute autre chose que vous vous étiez promis de faire mais que vous n’avez pas encore fait parce que vous n’aviez pas le temps.

Mettez de côté votre lecteur MP3 et votre téléphone intelligent et prenez un chemin différent pour vous rendre au travail ou à l’école. Sur votre chemin, prenez le temps d’observer les gens, les maisons, les édifices, les lieux. Réfléchissez à une chose que vous ferez durant la journée qui sera hors de votre zone de confort : offrir un café, des fleurs, un compliment, etc.

Si vous vous sentez un peu mal à l’aise en prenant une de ces initiatives, mais que vous sentez que vous aimeriez être capable de le faire, alors ne réfléchissez plus… Faîtes le ! ça piquera deux minutes, et vous ressentirez très vite la satisfaction d’avoir suivi votre instinct. Cerise sur le gâteau, la prochaine fois, ça fera moins peur.


Faites de nouvelles choses

Essayez de nouvelles activités, sortir dans des endroits que vous ne connaissez pas, c'est ainsi que vous rencontrerez de nouvelles personnes. Et c'est ainsi que vous rencontrerez de nouvelles opportunités.
Créez votre chance, cessez de l'attendre. Lancez vous des défis !

Écrivez un blogue, écrivez un livre, apprenez à jouer d’un instrument, apprenez une nouvelle langue, suivez un programme d’exercices, faites un nouveau sport ! Essayez quelque chose de nouveau durant 30 jours, essayez une activité complètement nouvelle seul, en famille, avec votre conjoint ou entre amis.

Allez suivre un cours de danse, de cuisine, de couture, de théâtre, etc... Vous pourriez être surpris des rencontres et des apprentissages qui en découleront.




Prenez la parole

Si cela n’est pas inné pour vous, donnez-vous le défi de prendre la parole. En classe ou au travail lors d’une réunion, posez une question (pertinente dans le contexte !), énoncez une idée, un commentaire ou une appréciation. Si vous préférez débuter par de plus petits pas, commencez simplement en remerciant votre professeur ou l’hôte de la réunion avant de partir.
Affirmez-vous et développez votre capacité d'initiative ! Que ce soit au travail, à l’école ou entre amis, défendez cette idée que vous avez en tête depuis longtemps mais que vous n’osez pas avancer par crainte de briser le statu quo*.

Entre le moment ou vous savez que vous avez peur et que vous devez agir (magnifique femme qui rencontre votre route, prise de parole en public), cela va souvent très vite. Alors comment agir ?

Prenez l’exemple d’un enfant qui veut prendre la parole en classe. Il lève la main et puis donne sa réponse. Lever la main est le début de l’action. C’est pareil pour vous. Qu’il s’agisse de faire un signe lorsque vous stoppez une belle femme, ou bien de se lever lors d’une prise en parole publique, une petite action vous permettra d’escalader et d’enchaîner sur une interaction plus conséquente. Le tout c’est d’amorcer l’action sans trop réfléchir.


Rencontrez des gens que vous ne connaissez pas

Adressez quelques mots, posez des questions ouvertes et intéressez-vous sincèrement à un collègue de travail ou d’école à qui vous n’avez jamais parlé, votre chauffeur de taxi ou d’autobus, un mendiant, votre facteur, le commis d’un magasin, le serveur au restaurant, etc. Intéressez-vous aux gens d’autres cultures, d’autres milieux sociaux ou professionnels. Faites-le une fois. Appréciez. Puis recommencez.

Allez parler aux petits vieux dans la rue, allez discuter avec le vendeur et contredisez-le sur des petites choses ! La zone de confort est particulièrement difficile à franchir pour les personnes qui n’aiment pas les conflits. Mais quelqu’un qui a peur des conflits n’assume pas toujours ce qu’il pense, et les gens le ressentent !

Une fois que vous aurez atteint une certaine aisance à briser vos routines et à aller vers les autres, vous serez capable de socialiser facilement avec des inconnus... Et ensuite vous pourrez même aborder à l'improviste.
Ok, vous transpirez, vous vous sentez nerveux, vous savez que vous devez aborder cette magnifique femme qui marche dans la rue… Mais vous ne savez pas comment vous y prendre.

La répétition est le meilleur allié pour combattre vos craintes. Plus vous serez habitués à discuter avec des inconnu(e)s, plus ce sera facile pour vous de lancer une conversation au milieu de nulle part. Prenez donc toute interaction comme une façon de sortir de sa zone de confort, surtout quand on est timide !


Apprenez à vous désensibiliser du regard des autres

Être capable de sortir dans la rue ou en soirée avec une perruque et des lunettes de soleil roses, au-delà du peacoking, c'est une façon de tuer une bonne fois pour toute votre égo mal placé et de comprendre que le ridicule ne tue pas ; au contraire, cela vous ouvrira des interactions !

Une fois que vous serez capables de faire ce genre de truc totalement décalé voire même juste débile, seulement pour le fun, l'idée de ressentir une quelconque pression sociale lorsque vous vous adresserez à une femme vous fera juste rigoler.
Vous pourrez faire ça au beau milieu d'un bus ou d'un wagon bondé, et vous amuser des regards tantôt réprobateurs, tantôt étonnés de monsieur-et-madame-tout-le-monde.
Certains hommes d'âge mur vous feront peut être même un sourire complice qui voudra dire "t'as des couilles, petit. Tu me donnes du rêve !"


Voyagez

Qu’il s’agisse d’un court road trip dans un coin encore mystérieux de votre région ou un voyage à l’autre bout du monde, les voyages offrent d’infinies occasions de sortir de sa zone de confort. Nouvelle langue, nouvelles moeurs, nouveaux plats et nouvelles rencontres sont parties intégrantes des voyages.
Partir vivre à l'étranger, c'est peut être la façon la plus radicale d'exploser sa zone de confort.



Conclusion

Vous allez me dire que ces conseils sont faciles à donner, mais difficiles à mettre en pratique. Oui, cela demande des efforts permanents pour sortir de sa Comfort Zone. C’est un combat qui n’est jamais terminé. Un jour on se sent au top, le lendemain c’est beaucoup plus difficile. Le cerveau est un muscle qui a besoin de répétition et d'entretien pour assimiler de l’expérience, tout comme vous le feriez en allant en salle de sport plusieurs fois par semaine.
Chaque expérience en dehors de votre CZ vous donnera le goût de recommencer et d’aller un peu plus loin. L’accumulation de ces expériences augmentera votre créativité, vous donnera des outils et une confiance insoupçonnée. Sortir de sa zone de confort est bénéfique tant au niveau personnel que professionnel. Cela peut être l’élément déclencheur d’une nouvelle relation ou de l’évolution de vos fonctions au travail.

N'oubliez pas, la vie est plus difficile mais infiniment plus riche quand on sort de sa zone de confort, et simplement médiocre quand on y reste...

Dernière modification par don Diego de la Vega ; 18/12/2015 à 12h05
Réponse avec citation